Selon une enquête menée par l'entreprise de services RH Acerta et le bureau Indiville auprès de 2.000 travailleurs, 28 % des Belges sont intéressés par un leasing vélo par le biais de leur employeur. 

Parmi les travailleurs intéressés par un leasing vélo professionnel, une moitié d'entre eux (49%) est prête à perdre maximum 20 euros net par mois à cette fin. Les autres sont disposés à apporter une contribution plus importante ou seraient prêts à y consacrer une prime ou un bonus existant.

Un boom des vélos de société ?

"Le leasing vélo est exonéré de l'avantage de toute nature, même si le vélo est utilisé pour les déplacements domicile-lieu de travail, et jouit en ce sens d'un avantage concurrentiel par rapport à la voiture", souligne Michaël Zahlen, consultant chez Acerta.

Bien que la loi ne permette pas un règlement par le biais de leur salaire brut, les fonctionnaires (30%) sont plus favorables au leasing que les ouvriers (28%) et les employés (27%). Une ouverture à ce sujet, comme envisagée en Flandre, "pourrait contribuer à une nouvelle augmentation de la popularité du vélo de société", relève M. Zahlen.

Près d'un travailleur sur cinq (18,7%) bénéficie par ailleurs déjà d'une indemnité vélo, qui est elle exonérée jusqu'à 0,24 euro par kilomètre parcouru entre le domicile et le lieu de travail.