Près de quatre télétravailleurs sur dix (39 %) n'enregistrent pas leur temps de travail effectué à domicile, selon une enquête menée par ProTime auprès de 1.000 employés belges francophones et publiée jeudi. Pourtant, 62% des répondants estiment que cela permettrait de mieux dissocier les temps professionnels et privés. Plus de la moitié des sondés (55,8 %) ont le sentiment que le télétravail a entraîné un mélange accru de leurs plages de vie privée et professionnelle.

Si pour 62 % des répondants, enregistrer les heures prestées en télétravail permettrait de mieux les dissocier du temps privé, 57 % estiment néanmoins que cette pratique est un moyen de contrôle de l'employeur.

Près d'un participant sur cinq indique aussi commencer sa journée plus tôt et l'achever plus tard que lorsqu'il allait au bureau.

L'enquête a été réalisée en ligne entre le 17 février et le 1er mars par l'agence iVox pour Protime. Mille travailleurs belges francophones qui travaillent souvent ou constamment depuis leur domicile depuis l'éclatement de la crise sanitaire ont été interrogés.

Début avril, les résultats de la même enquête avaient été publiés pour les répondants flamands. Ils révélaient que plus de la moitié des télétravailleurs flamands n'enregistraient pas leur temps de travail effectif.