L'épouse de ce photographe retraité néo-zélandais de 78 ans a eu la désagréable surprise de recevoir une lettre de Barclaycard, filiale spécialisée dans les cartes bancaires de Barclays, l'informant de la clôture de son compte.

"C'est une décision drastique. C'est davantage de stress à un moment déjà stressant avec le Brexit et l'épidémie", explique Roger Morton à l'AFP. Leur compte chez Barclays, leur banque depuis près de 40 ans, n'est lui pas touché.

Un nombre limité de Britanniques sont concernés, peut-être quelques dizaines de milliers dans plusieurs pays d'Europe, mais il s'agit d'une des premières conséquences directes du Brexit, dont l'impact sur la vie quotidienne est encore peu concret des deux côtés de la Manche.

Dès le 1er janvier, une fois écoulée la période de transition, les banques installées au Royaume-Uni seront privées de leur "passeport" européen, une disposition du marché unique qui leur permet de proposer leurs services sur le continent.

Pour pouvoir continuer à exercer, elles n'auront d'autres choix que de demander une licence bancaire dans un pays de l'UE et d'y disposer d'une entité juridique.

Des complications administratives en perspective que préfèrent éviter plusieurs grandes banques, quitte à se priver de clients qui n'ont pas d'adresse au Royaume-Uni.

"Cela va évidemment engendrer des coûts supplémentaires, donc les banques devront décider quels sont les marchés rentables", explique à l'AFP Sarah Hall, professeure à l'université de Nottingham et membre du centre de recherche The UK in a Changing Europe.

Pour la banque Lloyds, l'une des plus importantes pour les particuliers au Royaume-Uni, le choix est fait. Elle va fermer 13.000 comptes de clients aux Pays-Bas, en Slovaquie, Allemagne, Irlande, Italie et Portugal.

Solutions alternatives?

"En raison de la sortie du Royaume-Uni de l'UE, nous ne serons avec regret plus capable de fournir certains services bancaires depuis le Royaume-Uni", selon un porte-parole.

Les clients affectés devront prendre leurs précautions et veiller à confier les dépôts ou paiements réguliers réalisés sur le compte à une autre banque.

Même chose chez Barclays donc, chez qui la fermeture dépend des services proposés, et qui assure que cela ne concerne qu'un faible nombre de clients.

De même, la très chic Coutts, banque de la reine Elisabeth II et filiale de Natwest, a prévenu ses clients dès juillet et a mis en place une équipe dédiée pour les accompagner dans leurs démarches.

Le sujet ne manque pas de mobiliser les journaux à destination des Britanniques installés en France, comme The Connexion, qui relaie l'inquiétude de lecteurs qui reçoivent par exemple leur retraite sur leur compte au Royaume-Uni.

Toutes les banques n'ont pas pris cette décision radicale, comme HSBC et Santander. Cette dernière se dit toutefois attentive à l'évolution de la situation.

Dans le cas de HSBC, la banque "a une entité juridique en France et prévoit de s'en servir pour les Britanniques expatriés en France", rappelle Mme Hall.

Et de prévenir en outre que la question de l'avenir du passeport financier ne figure pas au menu des discussions en cours sur la relation post-Brexit. Il est donc perdu, quoi qu'il arrive pour les banques au Royaume-Uni.

"Il est encore possible d'avoir un accord commercial a minima mais il ne devrait pas aller loin concernant les services en général", selon elle.

La situation financière des Britanniques dans l'UE préoccupe jusqu'à la puissante commission du Trésor du parlement britannique qui vient d'écrire au régulateur financier pour demander des éclaircissements.

"De nombreux Britanniques expatriés dans l'UE sont informés de la fermeture de leurs comptes banques britanniques à la fin de l'année. Il est crucial qu'ils soient prévenus à l'avance pour trouver des solutions alternatives", prévient Mel Stride, député conservateur et président de la commission.

Le régulateur, la FCA (Financial Conduct Authority), ne peut toutefois pas empêcher les banques de revenir sur leur décision mais simplement d'accompagner au mieux les clients lésés.