New York conserve sa première place et reste la place la plus attrayante pour tous les financiers du monde. Elle est talonnée par Londres et Shanghai selon le classement de la compétitivité des places, établi par Z/Yen, un groupe de réflexion anglais et le China Development Institute. Le classement est réalisé selon 5 cinq catégories de critères (développement du secteur financier, environnement réglementaire et en matière d'impôts, infrastructures, matière "grise" disponible, réputation de la place et innovation), qui, deux fois par an (mars et septembre), donnent une note synthétique à chaque ville, son indice de compétitivité (GFCI).

Londres prend la deuxième place de l'indice et a amélioré sa notation de 24 places. En général, les villes européennes ont vu leurs notes baisser. Madrid fait exception à la règle et a augmenté de 15 places dans les classements et 14 points de classement. Oslo et Glasgow ont également gagné plus de dix places dans le classement. Bruxelles arrive à la 30e position et perd cinq places.

Dans l'ensemble, les pays d'Asie ont obtenu de bons résultats. Hong Kong et Shanghai ont progressé légèrement, tandis que Singapour et Tokyo ont chuté dans le classement tandis que Shenzhen est entrée le top 10 mondial. 

Le continent américain a connu moins de changement que dans d'autres parties du monde. Boston, Washington DC et San Diego ont amélioré leur classement. En revanche, Los Angeles, Chicago, Vancouver, Toronto et Calgary ont chuté dans les classements de cette édition du GFCI.

Dans la région du Moyen-Orient et sur le continent africain, la majorité des centres ont baissé à la fois en termes de classement et de notation. Le Cap a rattrapé son retard après avoir chuté dans le classement de la GFCI 27. Abu Dhabi a gagné six places dans le classement. D'autres centres ont reculé, notamment Bahreïn et Riyad dans les cotes et les classements. Dubaï reste en tête dans la région et Casablanca continue de prendre la première place place en Afrique.