Jim Harra, l'un des dirigeants du ministère des Finances, a indiqué devant la Commission des comptes publics que ses équipes estimaient que 5% à 10% des versements de chômage partiel pourraient avoir été mal alloués "à cause de fraudes délibérées ou d'erreurs".

Le gouvernement a distribué jusqu'à présent 35,4 milliards de livres (39,5 mds EUR) dans le cadre de ce programme de chômage partiel, qui est en vigueur depuis mars et a commencé à être progressivement diminué pour être arrêté fin octobre.

Quelque 9,6 millions de personnes avaient été placées en chômage partiel à la fin août à cause des effets de la pandémie et du confinement.

M. Harra précise que le Trésor britannique "attend des employeurs qu'ils vérifient leurs demandes d'indemnisation et rembourse les montants excessifs" et que ses services vont surtout "s'attaquer aux abus et aux fraudes".

Le gouvernement versait jusqu'à juillet compris jusqu'à 80% des salaires à hauteur de 2.500 livres par mois pour les employés privés d'activité à cause de la pandémie et du confinement. Des mesures similaires ont été mises en place pour les travailleurs indépendants.

Ces mesures et les autres mises en place par le Trésor britannique pour tenter d'amortir le choc de la pandémie ont causé une envolée sans précédent de la dette britannique qui a dépassé fin juillet le seuil des 2.000 milliards de livres, tandis que le déficit public a grimpé à des niveaux inédits, atteignant 150,5 milliards de livres entre avril et juillet.