"Ces travailleurs, par l'essence même de leurs métiers, sont tenus de se déplacer au domicile privé de clients. Ils voient souvent plusieurs clients dans la journée. Et ils peuvent y croiser plusieurs personnes, d'autant plus en cette période lors de laquelle le télétravail est obligatoire et où l'école se fait parfois aussi à la maison", expose-t-il.

Outre ces contacts nombreux et répétés, des circonstances aggravantes ont pu être identifiées. "Ainsi, un travailleur du secteur sera trop souvent obligé de continuer à travailler en étant malade car ce sont souvent des femmes seules, avec enfants, dans une situation financière précaire".

Compte tenu de cette situation, le ministre du Travail a décidé d'inscrire une série de mesures dans le prochain Arrêté ministériel Covid.

"Nous avons le devoir de mieux protéger ces travailleurs et travailleuses", énonce-t-il. "Les employeurs seront désormais tenus de leur fournir un masque chirurgical jetable par prestation. Avec un masque supplémentaire si la prestation dépasse quatre heures. Les travailleuses bénéficieront également de gel désinfectant en suffisance".

Une seconde proposition a également reçu l'aval du gouvernement.

"Les prestations multiples tout au long d'une journée peuvent laisser la place à un sentiment d'inconfort, voire de peur (...) Les travailleuses auront désormais le droit d'évaluer la situation", indique le ministre socialiste, précisant qu' "une travailleuse, qui ne se sent pas en sécurité, aura le droit de suspendre sa prestation, moyennant un contact préalable avec leur employeur, tant que le problème persiste".

Et de conclure : "Une travailleuse aura donc le droit de ne pas reprendre le travail si aucune mesure n'est prise rapidement pour y remédier. Une décision qui n'implique aucune conséquence financière : elles conserveront 100% de leur salaire".