Enfin un calendrier! L'Union des Classes Moyennes (UCM) se félicitait des annonces effectuées par le gouvernement ce mardi, soulignant surtout l'importance d'un agenda clairement établi. "Cette fois, les indépendants et chefs de PME voient le bout du tunnel. Le calendrier des réouvertures est établi avec un premier grand rendez-vous le 9 juin et une avancée pas à pas durant l'été jusqu'à la libération totale de septembre", se félicite l'UCM.

Si l'organisme tempère, pointant un "timing extrêmement prudent, trop peut-être sur certains points", la possibilité pour les acteurs de nombreux secteurs à l'arrêt d'enfin se projeter permettait toutefois de nuancer. "Le 9 juin semble encore bien loin pour les professionnels de l'horeca, des salles de fitness, des agences de paris, etc. Mais au moins une date précise existe, qui permet de se préparer à une reprise définitive", précise encore le communiqué.

Pas de retour en arrière possible

Le ton se veut quoi qu'il en soit ferme quant aux promesses faites. L'UCM insiste sur le fait que "tout retour en arrière sur les engagements pris aujourd'hui serait inimaginable. Aux autorités à tous les niveaux de faire en sorte que la vaccination suive son cours".

"Puisque le calendrier de reprise est enfin connu, il faut donner à chaque entrepreneur la possibilité de faire ses comptes et de voir dans quelles conditions il peut relancer son activité. Il sera nécessaire de prévoir un accès au crédit pour certains et de proposer un accompagnement. [...] Pour l'activité économique, les sept derniers mois de l'année seront déterminants."