Il y a une nouvelle fois beaucoup d'attentes à l'approche du comité de concertation prévu ce vendredi soir. L'un des secteurs les plus en attente, outre l'horeca, et celui des voyages. Le gouvernement va-t-il lever l'interdiction des voyages non essentiels ?

"Pour le moment nous n'en savons rien : aucune information n'a filtrée", précise Sarah Saucin, porte-parole de TUI. "On espère bien sûr une levée de l'interdiction au 1er avril, ou même plus tôt, ce qui serait encore mieux. Nous restons optimistes, mais prudents : la semaine dernière, nous sommes tombés de haut."

Les décisions du Codéco seront capitales en vue des vacances de Pâques qui arrivent à grands pas. "Les annonces auront des conséquences directes sur les vacances de Pâques : elles commencent le 3 avril, et l'interdiction actuelle court jusqu'au 1er avril. Les équipes travaillent sur plusieurs scénarios, mais aucun n'est pour le moment privilégié compte tenu des nombreuses inconnues."

L'une d'elles, c'est notamment le retour possible des zones de couleur. TUI ne propose en effet aucun voyage à forfait vers les zones rouges, uniquement des vols. "Nous devrions donc voir quelles zones sont en orange ou en vert afin de nous organiser."

Testing plutôt que quarantaine

Même son de cloche du côté de Brussels Airlines, où la date du 1er avril est entourée en rouge sur le calendrier. "De ce qu'on entend, le Premier ministre De Croo parlerait de lever l'interdiction des voyages non essentiels au 1er avril, ce serait déjà un pas très important pour le secteur", confirme Kim Daenen, porte-parole de la compagnie aérienne. "Nous espérons également que les autorités miseront davantage sur le testing et la vaccination plutôt que la quarantaine, car elle complique vraiment la vie de nos voyageurs."

Et la compagnie est confiante quand à la sécurité sanitaire d'une reprise des voyages. "Un retour des voyages ne mènera pas à des déplacements massifs. L'offre actuelle n'est de toute façon pas entièrement rétablie." Une autorisation des voyages durant les vacances de Pâques permettrait toutefois de relancer le trafic, notamment à l'échelle européenne. "Actuellement, nous ne fonctionnons qu'à 8 % de nos capacités pour les vols en Europe."

Si les deux groupes sont optimistes, d'autres prétendent que le gouvernement pourrait étendre l'interdiction jusqu'au 15 avril. Dans ce cas, il ne sera pas possible pour les Belges de partir en vacances à l'étranger pendant les vacances de Pâques.