Un deuxième confinement sonnerait le glas de l'économie belge, assure lundi l'assureur-crédit Atradius, en marge de la publication de son dernier baromètre.

Il note également que les faillites ont été moins nombreuses en Belgique que dans les pays voisins, malgré un produit intérieur brut plus durement touché. Outre un recul du PIB qu'Atradius chiffre à -8,9%, l'impact de la crise du coronavirus se traduit également par une augmentation du nombre de faillites, de 19% selon l'assureur. C'est mieux que la moyenne attendue dans le monde (+29%) et nettement moins qu'en Espagne (+70%) et aux Pays-Bas (+65%).

Atradius explique principalement ce constat par "l'importante injection fiscale du gouvernement belge", qui aurait permis de diminuer le nombre de faillite d'un quart.

Pour la suite, l'assureur estime que "s'il n'y a pas de deuxième confinement, les économies belge et mondiale pourront progressivement se redresser durant la seconde moitié de l'année ainsi qu'en 2021".

"Dans le scénario le plus favorable, nous nous attendons à ce que le PIB augmente à nouveau de 7,7% en 2021", précise Christophe Cherry d'Atradius Belgique. "Tout comme dans nos pays voisins, nous nous attendons à ce que notre économie se rétablisse entièrement en 2021. Nous devrons toutefois nous efforcer tous ensemble de contenir proactivement le virus et d'éviter un deuxième confinement, car celui-ci pourrait donner le coup de grâce de l'économie belge."