Conjoncture Selon les critères de l’OCDE, un seul pays sera pointé du doigt.

Trinidad-et-Tobago est l’unique pays à figurer sur la liste noire des pays non coopératifs dans la lutte contre l’évasion fiscale que l’OCDE présentera au sommet du G20 début juillet, a indiqué mercredi l’institution économique internationale.

Selon l’institution, qui a effectué ces dernières semaines une révision des efforts des différents Etats pour lutter contre l’évasion fiscale, un seul pays ne remplit que "partiellement" ses obligations : les îles Marshall (Océanie).

En revanche, le Panama, au centre d’un scandale mondial l’an dernier après la révélation des "Panama Papers", figure dans la catégorie des pays qui respectent "largement" les critères, aux côtés d’Andorre, des Emirats arabes unis, du Liban, du Guatemala, de Vanuatu ou encore de Samoa.

Pour éviter de figurer sur la liste noire et d’être pointés du doigt par la communauté internationale, les pays menacés ont multiplié ces dernières semaines les contacts avec l’OCDE afin de démontrer le respect d’au moins deux critères sur les trois établis par le Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales.

Trop souple

Selon Alex Cobham, directeur du Tax Justice Network, les critères de l’OCDE sont beaucoup trop souples. Selon lui, les Etats-Unis devraient figurer sur la liste car ils appliquent leur propre système d’échange d’informations et non celui mis en place par l’OCDE. Mais on sait que les pressions diplomatiques étaient fortes dans ce dossier.