Les assureurs belges clôtureront très probablement l'année en équilibre, affirme l'union professionnelle des entreprises d'assurances Assuralia. 

"Heureusement qu'il n'y a pas eu d'autres tempêtes après celles du printemps, sinon nous aurions connu une mauvaise année", indique son porte-parole Wauthier Robyns. Le journal De Zondag écrit dimanche que les tempêtes des 4 et 10 mars ont coûté quelque 236 millions d'euros, soit le deuxième événement ayant causé le plus de dégâts de ces dix dernières années. Seule une tempête en 2014 avait provoqué davantage de sinistres, et ce partout dans le pays.

Malgré tout, grâce à l'absence de nouvelles tempêtes plus tard dans l'année, les assureurs clôtureront l'année avec un équilibre entre les primes perçues et les dépenses encourues.

La sécheresse durant l'été n'a pas eu d'impact pour les assureurs. Très peu de personnes sont en effet assurées contre ce risque.