Des pistes pour repenser le pouvoir d’achat

Comment moderniser le pouvoir d’achat ? Six économistes de renom se penchent sur la question. Et formulent des recommandations. Découvrez notre dossier interactif.

20160116 - BELGIQUE, DE HAAN : Weekend des economistes. Le 16 janvier 2016. PHOTO OLIVIER PAPEGNIES / COLLECTIF HUMA
20160116 - BELGIQUE, DE HAAN : Weekend des economistes. Le 16 janvier 2016. PHOTO OLIVIER PAPEGNIES / COLLECTIF HUMA ©OLIVIER PAPEGNIES / COLLECTIF HU
Slits Vincent

Susciter le débat sur des enjeux économiques clés. Telle est la vocation de l’Economic Prospective Club. Lancé fin 2013 par notre consœur Isabelle de Laminne, ce cercle de prospective économique livre ce week-end dans "La Libre Entreprise" le fruit de ses réflexions. Après s’être penché sur les recettes, puis les dépenses de l’Etat, c’est le concept même de pouvoir d’achat qui a été au cœur de discussions animées, le temps du week-end, entre six économistes réputés de notre pays : Etienne de Callataÿ, Philippe Defeyt, Alexandre de Streel, Olivier Lefebvre, Luc Leruth et Pierre Pestieau.

Six pointures, six références, six observateurs avisés de la chose économique. Qui, au-delà de leurs divergences idéologiques ou de leurs différences de parcours, ont disséqué ce concept de pouvoir d’achat et surtout formulé un certain nombre de recommandations pour le rendre à la fois plus fidèle à la réalité de ce que vivent les Belges dans leur quotidien et moins inégalitaire entre les populations les plus favorisées et celles qui le sont moins. Car la volonté d’une plus grande équité par rapport à la situation actuelle a été au cœur de ces discussions de haut vol entre ces professionnels de l’économie. "Ce concept de pouvoir d’achat est au centre des débats dans les journaux mais aussi dans la sphère politique. Il évolue en fonction du revenu disponible et de l’indice des prix. Ces économistes proposent un certain nombre d’ajustements pour moderniser ce concept et ses deux composantes principales", explique notre consœur Isabelle de Laminne. Et cela au bénéfice des générations futures. Un débat qui prend d’autant plus de pertinence en ces temps de croissance économique toujours faiblarde et alors que vont bientôt s’ouvrir de nouvelles discussions interprofessionnelles sur la norme salariale.

Comme on le lira par ailleurs, parmi les propositions des économistes figurent notamment l’idée de créer un indice de "protection sociale", ce qui permettrait d’ajuster l’indexation des salaires, des prix, des loyers aux modes de consommation des plus défavorisés. Objectif : corriger une situation actuelle par trop favorable aux classes sociales aisées et protéger la partie de la population la plus défavorisée contre des baisses de pouvoir d’achat. D’autres recommandations - lire dans les pages suivantes - ont également été avancées. Des recommandations globalement bien accueillies par Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB, et Vincent Reuter, administrateur délégué de l’Union wallonne des entreprises (UWE) dont on lira les réactions dans ce dossier. Preuve qu’il est possible avec des réflexions non partisanes de trouver un point de dialogue entre représentants syndicaux et patronaux dans ce pays.

Des pistes pour repenser le pouvoir d’achat
©ipm