Édito économique: La gestion de crise? Gare aux faux pas !

Édito économique: La gestion de crise? Gare aux faux pas !
©AP

Un édito de Vincent Slits.

La gestion de crise. Voilà bien un domaine où les entreprises n’ont pas droit à l’erreur. En cas de catastrophe, d’incident ou d’accident aux conséquences parfois mortelles, de problème sur la fiabilité ou la dangerosité d’un produit ou d’une technologie, c’est la réputation, l’image, voire même parfois la survie d’une entreprise qui est en jeu.

Comme l’explique un expert du sujet dans le cadre du dossier réalisé ce week-end dans La Libre Entreprise, les clés d’une communication de crise "réussie" reposent sur trois éléments : l’anticipation, la transparence et l’empathie.

Un constat qui peut paraître évident. Pourtant, nombreuses sont encore les grandes multinationales à "se rater" dès lors qu’elles doivent gérer une situation extrême, sous la pression de l’opinion publique. C’est notamment le cas actuellement du géant américain Boeing, certes confronté au pire des scénarios catastrophes mais dont tous les observateurs s’accordent à dire que sa communication de crise a été calamiteuse à la suite des deux accidents aériens de son avion 737 MAX.

Les consommateurs de 2019 sont devenus beaucoup plus "actifs" que ceux d’il y a quelques décennies : ils demandent aujourd’hui ouvertement des comptes aux multinationales, se fédèrent pour défendre leurs intérêts et n’hésitent plus à saisir les tribunaux via des actions collectives. Ajoutez à cela le caractère viral des réseaux sociaux et vous comprendrez qu’une crise peut rapidement devenir incontrôlable, à défaut d’une réponse rapide et adaptée.

La communication de crise est devenue stratégique. Gare aux entreprises qui n’en prendraient pas conscience…

Découvrez notre dossier consacré à la communication de crise sur LaLibre.be: (1) (2)