Le football, une question de gros sous mais aussi de passion

" Le football n’est pas une question de vie ou de mort, c’est quelque chose de bi en plus important que cela", avait un jour lancé Bill Shankly, légendaire entraîneur de Liverpool.

Le football, une question de gros sous mais aussi de passion
©AFP

LIBRE ECO WEEK-END

"Le football n’est pas une question de vie ou de mort, c’est quelque chose de bien plus important que cela", avait un jour lancé Bill Shankly, légendaire entraîneur de Liverpool.

Cela peut bien entendu faire sourire, mais il y a du vrai dans cet aphorisme.

Le football est non seulement une véritable institution au Royaume-Uni mais aussi une passion de chaque instant.

L’ancien club de Simon Mignolet, Sunderland, navigue désormais en League One, soit l’équivalent de notre 3e division. Le week-end dernier, cet ancien pensionnaire de la Premier League accueillait Burton. Quelle affiche ! Le match n’en a pas moins attiré près de 27 000 fans. Combien de matchs de notre Jupiler Pro League dépassent ce niveau par saison ?

À Manchester City, un supporter abonné le reste en moyenne un peu plus de 20 ans ; c’est dire l’attachement au club, quels que soient les résultats.

Le foot anglais, c’est de l’ambiance, c’est du spectacle, c’est une atmosphère sans pareil : tout amateur rêve à juste titre de participer à la grande fête depuis les gradins.

Le foot anglais, côté face, est également devenu une affaire de gros sous.

Une majorité de clubs de Premier League est entre les mains de propriétaires étrangers. C’est notamment un excellent moyen de s’assurer une belle tribune. Le propriétaire de Leicester est le groupe thaïlandais King Power, qui apparaît sur les vareuses de Vardy et Tielemans, mais a aussi donné son nom au stade.

Ces appétits divers témoignent de l’effet de levier de la Pro League, mais aussi du Championship : son audience globale attire propriétaires et sponsors globaux, mais également supporters nantis. Cela ne manque pas, parfois, de faire grincer les dents des supporters de base. Et pour cause : les places sont régulièrement très difficiles à dénicher ou se retrouvent à des prix éhontés sur des sites de revente. L’ambiance en souffre aussi, car ces supporters viennent assister à un spectacle alors que les fans sont avant tout le 12e homme sur le terrain.

A lire aussi notre dossier spécial :

"La Premier League, c’est 2,889 milliards d’euros de droits TV"

"Les clubs anglais font tourner la tête de la planète foot"