La programmation a toute sa place dans l’enseignement primaire

Cela ne demande qu’un petit effort et du budget. Pour éviter notamment les pénuries de main-d’œuvre dans l’informatique. Une chronique d'Andy Stynen, CEO d’Ausy Belgique & Luxembourg.

La programmation a toute sa place dans l’enseignement primaire
©Shutterstock
Contribution externe

Mon fils Jules, âgé de trois ans, n'a aucun mal à déverrouiller une tablette, à ouvrir Netflix et à choisir le prochain épisode de Sam le pompier en quelques secondes. Lou a 18 mois et commence aussi à manipuler un smartphone. Et ils sont probablement loin d'être les seuls. De nos jours, les tout-petits apprivoisent ces choses plus vite que leurs parents.

C’est emblématique de notre époque. Malheureusement, les programmes scolaires qui les attendent semblent à la traîne. À titre d’exemple, Excel et PowerPoint sont les premières compétences informatiques qui leur sont enseignées, et ce, qu’à l’école secondaire. Pour les enfants qui commencent à utiliser des tablettes avant de savoir lire et écrire, c’est un retour à une époque révolue. Les jeunes d’aujourd’hui n’ont aucun mal à appréhender le progiciel MS Office, car ils sont numériquement beaucoup plus avancés que les générations précédentes. Pour eux, PowerPoint, c’est un peu comme apprendre la table de trois à un enfant de douze ans : c’est ennuyeux et cela ne stimule pas leur cerveau.

Pénurie de main-d’œuvre

Voilà une des raisons pour lesquelles le secteur ICT (information and communication technology) souffre d'une pénurie de main-d'œuvre et que la plupart des diplômés que nous recrutons sont mal préparés dans ce domaine. Un problème qui peut en partie être imputé à notre offre d'enseignement restée presque identique ces 15 dernières années alors que le monde environnant s'est métamorphosé. Nous devons familiariser les enfants avec la numérisation et l'automatisation dès leur plus jeune âge et stimuler leur pensée logique et leur capacité à résoudre des problèmes. À une époque où les tout-petits font leurs armes sur des tablettes, nos enfants sont certainement prêts à être initiés à la programmation dès l'école primaire.

CoderDojo est l’exemple parfait qui illustre que c’est possible. Cette organisation offre aux enfants de toute la Flandre la possibilité de concevoir des jeux informatiques, de programmer des robots et de créer des sites web et des applications. Les enfants y sont accueillis dès l’âge de sept ans. Non seulement elle stimule leur créativité et leurs capacités d’analyse dès leur plus jeune âge, mais elle les prépare également au monde numérique dans lequel ils devront d’ici peu évoluer professionnellement.

Telle est donc la preuve d’une intégration possible dans notre système éducatif. Cela ne demande qu’un petit effort et un certain budget, mais si nous pouvons préparer nos enfants au début de leur carrière - dans l’informatique ou autre - avec une avance considérable, pourquoi s’en priver ? Familiariser les enfants avec le pack MS Office ne va pas engendrer un nouveau Steve Jobs, Elon Musk ou Mark Zuckerberg. C’est pourquoi nous plaidons aujourd’hui pour l’introduction de la programmation sous une forme adaptée aux enfants dans l’enseignement primaire. Ainsi, nous offrons à chaque enfant une chance équitable de faire carrière dans le secteur fascinant des technologies de l’information.