Chine: la "bombe" démographique qui menace le pays

La baisse du nombre d'actifs, et de la population de manière globale, va être un défi pour la Chine. Une chronique de Sylviane Delcuve, senior economist, BNP Paribas Fortis.

Contribution externe
People take part in the festivities for the Lunar New Year in Mexico City's Chinatown on January 22, 2023. - 2023 is the year of the rabbit in the Chinese horoscope. (Photo by ALFREDO ESTRELLA / AFP)
Manifestement, l’abandon par la Chine de la politique de l’enfant unique, il y a 7 ans, ne convainc pas. ©AFP or licensors

La crise sanitaire bat son plein en Chine. Mais la menace est ailleurs, car la population diminue sous l’effet des politiques démographiques menées durant des décennies. D’ici 2100, la population chinoise pourrait chuter de moitié, faisant à nouveau reposer la croissance du pays sur les exportations plutôt que sur la consommation intérieure.

Diminution de moitié de la population d’ici 2100

La Chine vient de publier l’un de ses taux de croissance les plus faibles jamais enregistré hors période Covid, avec une hausse d’à peine 3% du PIB sur l’année 2022.

À y regarder de plus près, le pays a surtout du souci à se faire car sa population vieillit bien plus rapidement que prévu. Et cela risque de compromettre tout espoir de reprise, comme c’est déjà le cas au Japon depuis plus de 30 ans. Pour la première fois depuis la grande famine de 1961, la population chinoise a carrément baissé en 2022 et on prévoit qu’à ce rythme-là, elle risque bien d’être nettement plus faible d’ici la fin du siècle. Selon les dernières projections de l’ONU, la population chinoise est partie pour baisser de plus de 1% par an, réduisant de plus de 580 millions le nombre d’individus d’ici 2100. Une baisse de moitié, donc !

Manifestement, l’abandon de la politique de l’enfant unique, il y a 7 ans, ne convainc pas. Et le taux de fécondité continue de baisser. En outre, la pratique de l’enfant unique en vigueur pendant plus de 40 ans a conduit à une sélection de la population qui aboutit aujourd’hui sur ce constat : il y a trop peu de femmes par rapport au nombre d’hommes, et cela implique un déficit supplémentaire de naissances à l’avenir. Les familles chinoises jugent le coût d’un enfant trop élevé pour oser en avoir un second (éducation, manque de système de garde, prix exorbitant des logements).

Un système de retraite à revoir d’urgence

La Chine va rapidement être confrontée à un problème politique bien connu ailleurs dans le monde, et particulièrement en Europe : il va falloir réformer le système des retraites, car il ne tiendra pas vu la démographie. Aujourd’hui, les hommes partent à la retraite à 60 ans et les femmes à 55 ans, mais la population active (c’est-à-dire en âge de travailler) recule déjà, et cela ne va faire qu’empirer au cours des prochaines années. Le déséquilibre entre actifs et inactifs va faire grimper le poids des dépenses publiques relatives aux retraites vers des niveaux qui seront intenables, exactement comme dans certains pays d’Europe. Les Chinois vont devoir se résoudre à travailler plus longtemps également.

Changement de stratégie inévitable

Cette menace aura également des conséquences sur le rôle de la Chine dans le monde. Car le pays ne pourra pas baser le maintien de sa croissance sur le développement de sa consommation intérieure, comme le prévoyait Xi Jinping depuis de nombreuses années. Au contraire, il va falloir continuer à occuper le plus de terrain possible à l’exportation pour maintenir la croissance économique à un niveau suffisant.

Un fameux revirement quand on pense aux mesures prises depuis des années pour doper le pouvoir d’achat de la population (accès facilité au crédit, politique de taux d’intérêt bas, revalorisation des salaires et développement de la sécurité sociale).

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...