Une chronique signée Peter Henderickx, directeur général du fabricant de fontaines d'eau SipWell

Je trouve fantastique qu’en cette période de coronavirus, tous - depuis la plus petite initiative jusqu’aux grandes chaînes belges de magasins - en appellent à l’achat local. C’est non seulement une bonne chose pour la distanciation sociale mais cela aura également pour effet de stimuler l’économie locale. Chose nécessaire pour la relance pendant la période d’après coronavirus. Dès lors, pourquoi encore acheter de l’eau pétillante italienne ou de l’eau de source provenant des Alpes françaises ou suisses alors qu’une eau de qualité est également disponible et mise en bouteille chez nous? Soupesez bien votre choix.

Le choix, vous l’avez entre de l’eau de source belge et de l’eau du robinet. Lorsque l’on voyage à l’étranger - chose qui n’est possible qu’en rêve pour l’instant -, on rencontre régulièrement des avis du genre Eau non potable, Agua no potable, Not drinking water.

En ce compris dans les hôtels. Je n’en ai par contre pas encore croisés beaucoup dans notre pays. Nous pouvons donc nous estimer heureux que l’eau du robinet belge soit et demeure de grande qualité.

Et cela reste vrai en ces temps de coronavirus. On a en effet pu lire des informations selon lesquelles l’Institut royal néerlandais de la Santé publique et de l’Environnement (RIVM) avait découvert le coronavirus dans les eaux usées à divers endroits. Des particules du virus semblent également avoir été détectées dans nos eaux usées. C’est vrai que les eaux usées finissent dans nos rivières. Et c’est vrai également que l’eau du robinet, chez nous, provient pour 50% des eaux de surface, tels que le canal Albert ou la Meuse. Mais ces eaux usées prennent tout d’abord la direction d’une station d’épuration avant d’être déversées. En sens inverse, les sociétés de distribution d’eau mettent en oeuvre un intensif processus de filtrage et de décontamination - notamment au moyen de chlore - avant de diriger l’eau potable dans les conduites et avant qu’elle n’émerge du robinet dans votre maison. Cela a pour effet de tuer tous les organismes - y compris les virus.

L’eau du robinet présente l’avantage d’être partout disponible - chaque habitation y a droit - et d’être peu onéreuse. Sans oublier le fait qu’elle n’implique aucun déchet d’emballage. Si l’on ne tient pas compte des coûts provoqués par les pertes entre l’étape de pompage et la distribution - en Flandre par exemple, on estime à quelque 180 millions de litres la quantité d’eau perdue pour cause de fuite dans les canalisations -, on pourrait y voir la solution la plus respectueuse de l’environnement. Vous devez également savoir que seulement une infime partie de l’eau potable est consommée.

Il faut néanmoins être conscient des risques. A quiconque privilégierait l’eau du robinet, je conseillerais certainement d’installer un filtre au robinet de la cuisine. Plusieurs études scientifiques pointent un lien entre le chlore contenu dans l’eau et certaines formes de cancer - par exemple, le cancer de la vessie. Et vérifiez également l’état des conduites d’eau dans votre maison. Dans les habitations plus anciennes, elles sont encore souvent en plomb, ce qui n’est pas bon pour le cerveau, en particulier celui des petits enfants. N’oubliez donc pas de changer régulièrement les filtres - au moins tous les six mois - de telle sorte à en préserver l’efficacité et à réduire le risque de prolifération bactérienne.

Peut-on dès lors être rassuré à 100%? Ce n’est jamais possible. Par contre, avec l’eau minérale et l’eau de source, vous savez que la nature lui applique un filtrage naturel depuis des dizaines et parfois même des centaines d’années. Les producteurs belges d’eau en bouteille pompent l’eau au départ de sources de grande profondeur. Souvent, ces sources et nappes aquifères se situent en-dessous d’une couche d’argile qui les protège contre d’éventuels dépôts de produits non naturels, tels que des pesticides. Qui plus est, tous ces fabricants d’eau belges investissent dans des systèmes et des processus de contrôle afin de garantir la qualité de l’eau. Ils recourent par ailleurs souvent à des processus d’embouteillage automatique, vierges de toute manipulation humaine. Tout est organisé de telle sorte à travailler le plus hygiéniquement possible. Si vous avez la fibre écologique, vous pouvez choisir des producteurs d’eau qui utilisent des bouteilles réutilisables, souvent en verre mais également en matière synthétique, afin d’éviter que les déchets ne se retrouvent dans la nature. Bien entendu, cela revient un peu plus cher qu’un verre d’eau du robinet.

Alors, eau minérale ou eau du robinet? Vos préférences sont bien évidemment personnelles. Les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas.

Le choix vous revient. Faites-le de manière réfléchie mais surtout… achetez local.