En ce début d’année, il est coutume d’échanger des vœux. Après l’"année terrible" de 2020, la crise covid (et la crise économique qu’elle entraîne), beaucoup de gens n’osent plus trop émettre des "vœux", comme s’il s’agissait de simples souhaits, qui montent en fumée vers un dieu ou une intention… et bien entendu aucun moyen de recours s’ils ne se réalisent pas. On en vient à se souhaiter pour 2021… qu’elle ne ressemble surtout pas à 2020 !

Plutôt que des "vœux" (pieux), un entrepreneur est plutôt quelqu’un en mode "je veux", quelqu’un qui a une vision, qui désire quelque chose, et agence les ressources nécessaires pour y parvenir. "Le pessimisme est d’humeur, l’optimisme est de volonté", disait Alain. Le mindset, l’état d’esprit, est à coup sûr un paramètre clé de l’entrepreneur à succès.

Carol Dweck, psychologue à Stanford, a opéré cette distinction entre fixed mindset et "growth mindset". Ceux qui font montre du premier ont tendance à voir le monde (et eux-mêmes) comme un "donné" immuable, ne savent pas gérer la critique, recherchent l’approbation, voient les défis comme des obstacles, etc. Alors que ceux qui sont dotés du second voient le monde (et elles-mêmes) comme quelque chose de malléable, recherchent l’autonomie, et voient les défis et critiques comme des opportunités de grandir.

Avec un tel état d’esprit, même (et surtout) s’il ne contrôle pas tous les paramètres, un entrepreneur va être très conscient à la fois du contexte qu’il a à sa disposition, et ne pas perdre de vue ses ambitions, parfois démesurées.

Jeff Bezos, Bill Gates ou Steve Jobs, même aux débuts d’Amazon, de Microsoft ou d’Apple, étaient déjà habités par une certitude qu’ils travaillaient à quelque chose ayant le pouvoir de changer le monde.

L’autre qualité clé d’un entrepreneur, c’est la capacité d’adaptation. C’est à la fois un élément inhérent à l’approche lean startup (par tests et itérations) et aussi un rappel de Darwin, pour qui ce ne sont pas les plus forts qui s’en sortent, mais les plus adaptés.

Voilà ce qu’il est peut-être bon de rappeler aux entrepreneurs en ce début d’année, les rebrancher sur ces grandes ressources qui sont déjà en eux : l’état d’esprit, la volonté, et l’adaptabilité.