Après l'éclatement de la bulle Internet, alors que l'Internet en était encore à ses débuts pour les consommateurs, la vente en ligne a été répartie entre quelques pionniers comme Amazon ou Ebay. Les entraves à l'entrée pour les détaillants étaient alors plus élevées et beaucoup utilisaient exclusivement ces grandes plateformes.

Aujourd'hui, il est plus facile - et moins onéreux - de vendre des produits dans sa propre boutique en ligne. Les solutions pour le traitement des paiements, les commerces en ligne, le stockage, la charte graphique et la publicité sur les médias sociaux sont désormais faciles et peu coûteuses à mettre en place. Aujourd'hui, de plus en plus d'entreprises utilisent leurs propres plateformes commerciales. Le pionnier Zalando en est la preuve : la mode peut se vendre avec succès grâce à un contenu présélectionné et des campagnes cohérentes sur sa propre plateforme. Nous assistons au développement de places de marché pour les véhicules de location, les articles de pharmacie, les médicaments sur ordonnance ou même les meubles ; chacune étant hautement spécialisée pour répondre aux exigences du produit et du client.

La croissance de l'industrie, accélérée par le Covid-19, a également fait augmenter le cours des actions des entreprises de commerce électronique en 2020, telles qu'Amazon, Zalando, Shopify, Zur Rose, Shop Apotheke, MercadoLibre et Meituan Dianping, dont certaines ont connu une croissance de plus de 100 %. Le cours de l'action d'Alibaba a été mis sous pression à la fin de l'année dernière en raison de l'effondrement de sa filiale ANT lors de son introduction en bourse. Toutefois, son activité principale, la vente de détail en ligne, a continué à croître fortement, à raison de 30 % par an, et devrait continuer à présenter un potentiel de croissance dans les années à venir.

En plus de ces détaillants en ligne traditionnels, il existe également des entreprises qui ne vendent pas elles-mêmes de marchandises sur Internet, mais qui participent indirectement au boom. PayPal a toujours été considéré comme la "référence" pour les paiements en ligne. Chaque année où le commerce électronique se développe, le chiffre d'affaires du prestataire de services de paiement augmente également. Il en va de même pour Adobe, le fournisseur de logiciels de conception graphique, de planification et de conception, qui est devenu indispensable dans le domaine de la publicité en ligne. Ces dernières années, pratiquement aucune autre entreprise n'a été en mesure d'augmenter son chiffre d'affaires aussi considérablement et régulièrement qu'Adobe. Ce succès a également été reconnu par la bourse avec une valorisation de 230 milliards de dollars.

Dans quelle mesure le commerce électronique est-il préjudiciable à l'environnement ?

Rien qu'en Allemagne, les commandes en ligne permettent de livrer plus de 5 millions de colis chaque jour, et la tendance est à la hausse. En moyenne, un colis sur six est renvoyé et ces retours génèrent de fortes émissions de CO2. Mais dans quelle mesure le commerce électronique est-il réellement préjudiciable à l'environnement et quels sont les facteurs qui ont une influence significative sur l'empreinte écologique ?

Dans le cadre d'une étude de cas, l'Öko-Institut de Berlin, l'une des principales sociétés de conseil scientifique en Europe pour le développement d'un avenir durable, a comparé l'empreinte carbone de l'achat d'une paire de chaussures de sport en ligne à celle de l'achat en magasin dans une grande ville, et a obtenu des résultats surprenants.

  • La fabrication. Pour ce qui est du fabricant de chaussures qui livre ces dernières à un grossiste, il n'y a pratiquement aucune différence entre l'achat en ligne et celui en magasin. Dans les deux cas, la livraison se fait généralement par bateau ou par avion, puis par des entreprises de transport utilisant des camions diesel.
  • La commande. Dans le cas de la vente en ligne, les émissions de dioxyde de carbone sont légèrement plus importantes en raison de l'alimentation des serveurs, de la manutention dans le centre de distribution et de l'utilisation du PC du client lors de la commande. Jusqu'à présent, cependant, l'empreinte d'une paire de chaussures est maîtrisable en raison des économies d'échelle élevées de la livraison pour les deux canaux de distribution. La livraison par colis ajoute 230 g au total. Cependant, les articles vestimentaires ont les taux de retour les plus élevés, avec environ 0,7 retour par article vendu. Cela signifie que les emballages et les retours génèrent en moyenne 250 g de CO2 supplémentaires.
  • L’espace de vente. La vente en ligne présente un avantage certain. Il n'a pas besoin d'espaces de vente devant être alimentés en électricité et en chauffage. Ici, l'Öko-Institut estime à 1 kg le taux de C02 par paire de chaussures vendue. Même en tenant compte du taux de retours moyen élevé, seulement environ 919 g de CO2 sont produits en ligne, alors qu'environ 1 270 g sont produits lors de l'achat en boutique
  • Mode de transport du client / livraison de colis. Le résultat final de l'étude est dévastateur pour le commerce de détail en magasin, car le trajet du client, utilisant un mode de transport moyen, doit également être pris en compte. Dans une grande ville, cela se fait sans émissions, que ce soit à pied ou à vélo, par les transports publics ou en voiture. Ceux qui utilisent leur voiture produisent 2 kg de CO2 supplémentaires pour un trajet moyen de quatre kilomètres. En milieu rural, la proportion de piétons et de cyclistes tombe à presque zéro. Pour un trajet rural de 15 kilomètres, les émissions de CO2 s'élèvent à plus de 7 kg. Bien que la livraison de colis produise également davantage d'émissions en zone rurale, la part d'émission d'un colis dans une camionnette de livraison contenant des centaines de colis est presque négligeable. À titre de comparaison : en ville, la livraison ne représente que 230 g de CO2 par colis. Afin de réduire les émissions de manière significative, il est donc conseillé aux consommateurs d'utiliser les bus, les trains ou les vélos et, si possible, de se rendre dans une grande ville. Non seulement la réduction des trajets pour se rendre au travail et faire ses courses a une incidence positive sur l'empreinte carbone personnelle, mais la livraison de colis en ligne permet également de réduire les émissions. Dans d'autres régions du monde, le désavantage des émissions liées aux achats en boutique est encore plus prononcé. Aux États-Unis, la quasi-totalité des achats se font en voiture et, de plus, la consommation moyenne de carburant des voitures y est plus élevée.

Malgré tout, la possibilité de combiner plusieurs achats ne doit pas être écartée. L'étude de cas de l'Öko-Institut se réfère à l'achat de vêtements, la catégorie de produits ayant le taux de retour le plus élevé. Bien que l'achat de vêtements, d'outils ou d'appareils électroniques soit aujourd'hui relativement courant, les achats de nourriture en ligne reste encore un territoire inexploré pour de nombreuses personnes. Nous pouvons supposer que les taux de retour devraient être ici presque nuls et que le potentiel de réduction des émissions est également important. L'utilisation d'un seul véhicule de transport pour effectuer des livraisons auprès de 30 ménages pourrait remplacer environ

15 trajets en voiture particulière et, en outre, réduire le nombre de supermarchés exposant leurs marchandises à la lumière durant 15 heures par jour.

Associer des performances positives à une empreinte carbone réduite

En termes d'empreinte carbone, il pourrait s’avérer judicieux de s’ouvrir à de nouveaux concepts d'achat. L'électrification des véhicules de livraison a déjà commencé en partie et se fait probablement plus rapidement qu'avec les voitures pour particuliers. Enfin et surtout, l'augmentation de l'utilisation des capacités et le raccourcissement des itinéraires de livraison offrent un potentiel supplémentaire de réduction des émissions de CO2 pour le commerce en ligne.

En conclusion, l'on peut considérer que les investisseurs obtiennent non seulement des effets de performance positive grâce à des investissements ciblés dans les entreprises de commerce électronique, mais qu'en combinaison avec un souci de durabilité, ils peuvent également soutenir positivement l'empreinte carbone de manière ciblée.