Pas un jour ne s'est écoulé ces dernières semaines sans qu'on ne demande une évaluation du duel "Donald Trump contre Joe Biden" ; précisément parce que, selon le sous-texte des questions formulées, cela pourrait avoir et aura probablement un impact massif sur les marchés dans les mois à venir.

Notre réponse à cette question a toujours donné à réfléchir, même s'il est bien sûr très excitant, voire impératif, de traiter de questions politiques, en particulier l'élection présidentielle américaine, qui a été plus chargée politiquement et émotionnellement que jamais auparavant.

Nous supposons cependant que le résultat n'est guère pertinent, du moins du point de vue de ceux qui s'intéressent au thème de l'investissement, ou plus précisément : concernés à long terme - à l'exception explicite des traders ; on peut supposer que l'un ou l'autre d'entre eux se réjouit de chaque jour supplémentaire qu'il faut pour que la clarté règne enfin à Washington.

La perspective à long terme

Toutefois, la perspective à long terme est différente : ni Trump ni Biden ne changeront (ne pourront changer) quoi que ce soit aux principaux moteurs du marché des capitaux. Pas dans la politique de la banque centrale, qui restera expansionniste pendant longtemps - peut-être de façon permanente (parce qu'elle doit le faire en raison du niveau d'endettement). Les mesures de relance budgétaire ne disparaîtront pas non plus, compte tenu des effets de couronne sur l'économie américaine. Et enfin, le conflit avec la Chine, qui va lui aussi se poursuivre, probablement avec une gravité non diminuée. Peu importe qui siégera à la Maison Blanche à l'avenir. Joe Biden frapperait moins de tonalités martiales, twitterait beaucoup moins, mais ne s'écarterait pas de la "Doctrine de l'Amérique d'abord", qui, sous sa direction, serait appelée quelque chose de différent. Par conséquent, les élections américaines n'ont pas d'impact direct sur notre stratégie d'investissement. Néanmoins, nous suivons le décompte de très près.

Ces dernières semaines, on nous a également demandé à maintes reprises ce qu'il adviendrait de la réforme de l'impôt sur les sociétés si Joe Biden remportait les élections. Une annulation de la transaction ? Un net affaiblissement des marchés ?

Il n'est pas du tout certain que, s'il devait effectivement se retrouver à la Maison Blanche, il inverserait cette réforme fiscale à 100 %. Et s'il l'inverse, dans quelque mesure que ce soit, ce ne sera pas un problème avant 2022 au plus tôt. Il y a donc beaucoup de subjonctif du point de vue de l'investisseur.

En tout cas, il y a une chose que nous ne devons pas oublier dans la discussion : le programme électoral des démocrates parle également de stimuli fiscaux ; environ sept mille milliards de dollars US déclarés pour les salaires minimums, les projets d'infrastructure et le système de santé. Ainsi, même si un éventuel gouvernement Biden "coupe" les entreprises, l'économie américaine dans son ensemble recevra un autre dollar américain. L'essentiel est que la redistribution, si elle a lieu, ne devrait pas causer de dommages durables aux entreprises américaines ayant des modèles économiques solides.

L'impact est difficile à prévoir

Quoi qu'il en soit, en tant qu'investisseurs à long terme, nous devrions cesser d'essayer d'anticiper les effets possibles aussi précisément que possible. Vous vous souvenez peut-être de l'élection de Donald Trump il y a quatre ans : À l'époque, presque tous les observateurs du marché pensaient qu'une grande adversité était imminente et qu'une panique risquait d'éclater. Rien de tout cela ne s'est produit. Au lieu de cela, le marché américain a commencé à augmenter fortement. Au cours des 15 premiers mois du mandat de Trump, le S&P 500 a augmenté pratiquement sans aucun recul. Historiquement, la volatilité n'a jamais été aussi faible que durant cette phase. En d'autres termes, c'est exactement le contraire du chaos attendu.