À l’heure où un dirigeant de TPE et PME sur deux (49 %) considère que la transformation digitale est devenue un enjeu important (1), et dans un contexte de digitalisation accélérée par la crise sanitaire, il ne fait pas de doute que le futur se trouve dans le Cloud. Les chiffres l’attestent : en 2020, plus de la moitié des entreprises belges (53 %) utilisaient des services de Cloud, contre 40 % en 2018 (selon Statbel), et cette tendance ne risque pas de s’essouffler, bien au contraire. Or, il n’en est pas moins vrai que d’autres considérations doivent être prises en compte pour ne pas tomber dans le piège de la digitalisation à tout prix. Car la crise sanitaire a également eu pour conséquence l’avènement d’une forme d’économie à deux vitesses, avec certains secteurs qui ont vu leur activité exploser et d’autres qui ont dû faire face à des pertes importantes. Aujourd’hui, les entreprises ne se retrouvent donc pas toutes au même stade au moment d’envisager leur transformation digitale, mettant une fois de plus en lumière la nécessité d’un accompagnement adapté à chaque profil.

Si chez Sage, les solutions sont prêtes, l’objectif n’est pas pour autant de vendre de la technologie sans limite, en imposant des transformations qui ne correspondraient pas à la réalité du client. Chaque entreprise, quelle que soit sa taille, doit ainsi pouvoir compter sur un partenaire qui l’accompagne à son rythme, et non qui la pousse vers le Cloud. La question n’est donc pas de savoir si la solution se trouve dans le Cloud, mais plutôt de savoir comment soutenir de la meilleure manière les TPE, PME, et fiduciaires dans cette accélération des outils de digitalisation, avec les moyens et les ressources nécessaires, afin que chaque structure puisse saisir les opportunités du Cloud à sa propre vitesse. Ce processus permettra d’une part aux entreprises de pouvoir gagner en productivité, et d’autre part, d’être à leur tour mieux accompagnées par les comptables. En effet, la dématérialisation de la comptabilité, et notamment de la facturation, va permettre au comptable de mieux répondre à la demande des PME de pouvoir gérer la comptabilité en temps réel, mais également de gagner un temps précieux qui pourra être investi dans le conseil, le comptable adoptant alors davantage un rôle de consultant.

En outre, la crise a démontré que les entreprises devaient être capables d’amortir les coups d’arrêt et de se montrer réactives lors des reprises d’activité. Pour nourrir ces besoins, la souplesse de leur infrastructure numérique s’impose de plus en plus comme un atout essentiel. Ainsi, l’élasticité Cloud, à savoir la capacité d’augmenter ou de réduire les ressources d’infrastructure de manière dynamique, selon les besoins, pour s’adapter aux évolutions de charge de travail, de production ou d’échelle, peut se révéler un véritable airbag digital pour absorber les chocs d’activité. Par ailleurs, elle a également pour avantage de permettre la personnalisation des outils en fonction des besoins réels de chacun, aspect d’autant plus indispensable lorsque l’on sait que 72 % des dirigeants souhaitent pouvoir bénéficier d’une solution de gestion customisée pour prendre les meilleures décisions stratégiques et ne payer que le juste prix (1).

En pleine crise sanitaire, les entreprises – petites, moyennes, ou grandes – ont dû s’adapter et réagir rapidement. La productivité restant toujours la clé, l’urgence a d’abord concerné la digitalisation des outils, la vente en ligne, la prestation de services à distance, et l’interopérabilité des données. Un an après le début de la crise, le constat est clair : si le Cloud doit être au coeur des solutions pour

permettre aux entreprises d’appréhender l’avenir avec plus de confiance, la réalité de chaque entreprise doit également et indiscutablement être prise en compte, rappelant encore une fois le rôle essentiel de l’accompagnement des clients, ainsi que la nécessité de concilier vision stratégique globale et souplesse opérationnelle. Voilà la recette pour bien appréhender les défis de 2021.

1. Commanditée par Sage, l’étude OpinionWay « Usage et la perception du Cloud dans les TPE/PME » a été publiée fin 2020, sur la base d’une enquête menée auprès de plus de 800 décisionnaires d’entreprises implantées en France, comptant de 3 à 5 000 salariés.