L’indice CCPI 2021 (Climate Change Performance Index) a été publié pour la quinzième année d’affilée et le constat est affligeant pour notre pays, qui a une nouvelle fois régressé dans le classement des performances d'une soixantaine de pays en matière de lutte contre les changements climatiques. La Belgique occupe à présent la 40e place (-5) du "Climate Change Performance Index 2021", après avoir déjà reculé de quatre rangs l'an dernier, et apparaît comme l'un des plus mauvais élèves d'Europe de l'Ouest.

Cet indice est publié annuellement par les ONG Germanwatch, the NewClimate Institute et the Climate Action Network. Il est établi avec le concours de 400 experts énergétiques et climatiques, dont une bonne part sont membres d'ONG environnementales. L'outil, qui se présente comme indépendant, analyse les politiques d’une soixantaine de pays et de l'Union européenne, lesquels représentent plus de 90% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Les éléments pris en considération pour établir cet indice sont les émissions de gaz à effet de serre (40%), la production d’énergies vertes (20%), l’efficacité énergétique (20%) et la politique climatique (20%).

Pas de plan à long terme

La Belgique se voit désormais affubler d'une note "basse" pour ce qui concerne les quatre éléments suivis par l’indice de performance, avec une note particulièrement amère en ce qui concerne l’absence de réduction d'émission de CO² sur plusieurs années.

Comme les autres années, les trois premières places du classement sont laissées vacantes, aucun pays ne menant une politique climatique jugée suffisamment ambitieuse. La quatrième place, qui consacre donc le pays le plus méritant du classement, revient à nouveau, à la Suède, qui devance cette année le Royaume-Uni. Avec sa 40e place, la Belgique est l'un des pays les moins bien classés d'Europe occidentale, l'Allemagne étant 19e, la France 23e et les Pays-Bas 29e. À nouveau, les deux dernières places sont occupées par l'Arabie saoudite (60e) et les États-Unis (61e).

L’Europe fait mieux

L’Europe, elle, a gagné 6 places dans le classement, même si le contraste est saisissant entre pays.

L’Europe se situe à la 16ième place, venant de la 22ième il y a un an, et ceci essentiellement grâce à une meilleure politique affichée pour le climat. Le Green Deal européen ambitionne la neutralité carbone d’ici 2050, ainsi qu’une accélération substantielle de la réduction des émissions de gaz à effet de serre au cours des 10 prochaines années. Il faudra évidemment que ces belles intentions se concrétisent et ne restent pas seulement des promesses.

Du côté des bons élèves, on retrouve sans surprise les pays scandinaves et le Portugal, qui est le pays qui s’est le plus amélioré en un an grâce à sa politique climatique et ses investissements dans les énergies renouvelables. De l’autre côté du spectre, on retrouve la Hongrie, la Pologne ou la République Tchèque, dont les économies reposent encore beaucoup trop sur le charbon et qui n’investissent absolument pas assez dans les énergies renouvelables. Il sera dès lors vital que les futurs plans de relance européens apportent le soutien financier nécessaire à l’amélioration de la lutte contre le réchauffement climatique, surtout auprès des plus gros pollueurs. Un défi supplémentaire à gérer au niveau européen, dans le contexte déjà très tendu de l’élaboration du budget 2021-2027.