La Belgique est un des bons élèves en termes de répartition des richesses, peut-être même le premier de la classe, se composant d’une grande classe moyenne s’assurant de leur patrimoine grâce à l’épargne et en le gérant en bon père de famille.

– Carte blanche de Louis de Clippele, conseiller communal MR d’Ixelles.

Depuis quelques années, le thème des inégalités est l’un des sujets les plus souvent repris dans notre débat politique.

Des mouvements tels Occupy Wall-Street qui en 2011 manifestaient leur mécontentement face au 1% (le pourcentage le plus riche d’Américains possédant à eux seuls à peu près 40 % des richesses totales du pays), ou encore les nombreuses voix appelant à plus de justice sociale se réfèrent au constat implacable que les richesses ne seraient pas réparties de manière assez égalitaire.

Ce qui les anime d’autant plus, ce n’est pas seulement le constat de l’écart, mais l’impression que cet écart se serait d’avantage creusé ces dernières décennies.

L’hebdomadaire britannique The Economist, a récemment sorti une étude tentant de revoir sensiblement à la baise l’accroissement des inégalités comme défendu dans le best-seller Le capital au XXIe siècle des économistes français Thomas Piketty et Emmanuel Saez.

Son analyse souligne la difficulté d’obtenir des résultats probants lorsque les paramètres pris en compte peuvent donner une image illusoire.

Par exemple: lorsque l’on calcule le patrimoine moyen des ménages, on observera une baisse sur ses 60 dernières années qui sera fortement influencée par la baisse du taux de mariage. On parlera donc d’un plus grand nombre de foyers pour le même nombre d’individus.

Un des éléments les plus importants à ressortir est que la situation diffère fortement de pays à pays, et que les inégalités dans un pays comme les Etats-Unis ne sont pas comparables à des pays européens, tel la Belgique.

Qu’en est-il en Belgique ?

Le rapport annuel du Crédit Suisse apporte un éclairage méconnu dans notre pays sur la répartition des richesses des Belges.

Contrairement à ce qui est souvent évoqué, la Belgique est l’un des pays les plus égalitaires de la planète en termes de patrimoine.

Il suffit pour cela de comparer le patrimoine moyen des adultes par rapport au patrimoine médian, c’est-à-dire de celui qui se trouve au milieu de la population, 50% des Belges ont un patrimoine égal ou inférieur à ce montant.

Le patrimoine médian est une mesure qui permet d’exclure la frange de la population la plus riche contrairement au patrimoine moyen qui inclut la totalité du patrimoine de tous les individus d’un pays.

Cette étude nous apprend que le patrimoine médian des Belges est le cinquième plus important de la planète, avec 163.429 dollars (147.086 euros) par adulte.

Mais ce qui nous intéresse ici pour calculer les inégalités est de calculer la variation entre le patrimoine moyen (qui inclut les plus grandes fortunes) et le patrimoine médian : la Belgique se classe alors comme le meilleur élève des pays cités avec un rapport de 1,92 contre une différence nettement plus marquée dans d’autres pays comme la France (2,63), le Royaume-Uni (2,87), l’Allemagne (6,11) et les Etats-Unis (6,55).

C’est aux Etats-Unis que le patrimoine moyen est 6,5 plus élevé que le patrimoine médian, ce qui indique qu’il y a de très grosses fortunes aux Etats-Unis contrairement à la Belgique qui a une très forte présence de la classe moyenne avec un patrimoine moyen qui n’est même pas du double du patrimoine médian.

Réduction des inégalités

Mais qu’en est-il de l’évolution des inégalités ces dernières décennies ? Ce sont elles creusées ?

Là aussi, contrairement aux idées véhiculées par certains mouvements, la Belgique se classe comme un des meilleurs élèves en termes de réduction des inégalités.

Selon le rapport annuel d’Allianz (Groupe d’Assurances Allemand), entre 2000 et 2017 les écarts entre patrimoine médian et moyen se sont résorbés annuellement de 1,2 % en moyenne en Belgique ; des pays observés, seul le Danemark fait mieux avec 1,8%.

Une toute autre mise en lumière que dans bon nombre de pays ou les écarts patrimoniaux se sont creusés tels que l’Italie, L’Espagne, l’Allemagne, la France, la Suisse, ou encore les Etats-Unis.

C’est aux Etats-Unis que les inégalités patrimoniales augmentent le plus (2,7%/an).

L’on peut souvent être tenté de reprendre les grands thèmes politiques des pays majeurs, tels les Etats-Unis, qui exercent une forte influence sur nous en termes de culture, d’art, de mode de vie et donc forcément aussi de vision du monde.

De grands tambours lointains peuvent parfois faire plus de bruit que de petits tambours proches de nous.

Mais la nature socio-économique de notre pays témoigne d’une réalité toute autre que celle d’outre-Atlantique et même de certains de nos pays voisins.

La Belgique est un des bons élèves en termes de répartition des richesses, peut-être même le premier de la classe, se composant d’une grande classe moyenne s’assurant de leur patrimoine grâce à l’épargne et en le gérant en bon père de famille.

© AFP