La plus célèbre des cryptomonnaies a connu un début d’année 2021 pour le moins mouvementé. Après avoir dépassé son plus haut historique en décembre 2020, le bitcoin a ensuite franchi les caps symboliques de 30 000 et 40 000 dollars en un rien de temps ! L’évolution exponentielle que nous constatons pour le moment nous rappelle celle qui a pu être observée au mois de décembre 2017. À l’époque, l’introduction des futures avait mis fin à l’envolée des prix. Dans le cas présent, il ne semble pas y avoir eu d’événement économique pouvant justifier la correction survenue après le cap des 40 000 dollars.

© AFP

1. Le bitcoin est-il de nouveau populaire ?

Nous pouvons évaluer la popularité du terme bitcoin au travers de l’outil Google Trends. Cet outil fournit la fréquence relative à laquelle un terme est recherché sur le célèbre moteur de recherches. Sans surprise, nous pouvons constater un pic de popularité en décembre 2017, au moment où le bitcoin a frôlé les 20 000 dollars. Nous pouvons en observer un deuxième, plus petit, actuellement.

© IPM Graphics

La semaine dernière, Elon Musk a également contribué à la popularité de la cryptomonnaie, en ajoutant à son compte Twitter le hashtag #bitcoin. L’effet a été immédiat, le prix du bitcoin s’est envolé de 20 % en l’espace de quelques heures. Ceci montre à quel point les réseaux sociaux peuvent influer sur les marchés financiers.

2. Comment expliquer cet engouement ?

Une des raisons pour lesquelles les investisseurs souhaiteraient se tourner vers les cryptomonnaies, c’est notamment leur potentiel de rendement. Regardons dans le rétroviseur et voyons les rendements qu’aurait pu obtenir un investisseur s’il avait acheté un bitcoin aux dates suivantes et clôturé sa position au moment d’écrire ces lignes (c’est-à-dire le 2 février 2021). Comme le montre ce tableau, les rendements sont impressionnants :

© Christophe Desagre / Yahoo! France

3. Le bitcoin, une mine d’or… numérique ?

Il convient toutefois de remettre les choses en perspective. Derrière ces perspectives de rendement pour le moins attrayantes, se cache une importante volatilité, bien plus importante que sur des actifs traditionnels tels que les actions et les obligations. Ainsi, on observe une proportion de rendement journalier positif de l’ordre de 55 % depuis le 1er janvier 2015. Ceci implique de facto une proportion de rendement journalier négatif de 45 %, près d’un jour sur deux.

Autre aspect à prendre en compte, ces rendements peuvent être considérés comme "extrêmes". En moyenne, et ce, une fois tous les 20 jours, l’investisseur perdra au minimum 6 %. Pour parler en termes techniques, c’est la value-at-risk (à un seuil de 5 %). Une fois tous les 100 jours, cette perte sera d’au minimum 10 % (value at risk à 1 %).

En conclusion, avant d’investir dans le bitcoin, et dans les cryptomonnaies de manière générale, il convient de ne pas se focaliser uniquement sur les gains potentiels, mais d’être conscient des risques encourus.