L’Asie est clairement bien placée pour jouer un rôle dominant au 21e siècle. Avec à la clé une avalanche d’opportunités d’investissement, écrit Viswanathan Parameswar, responsable des investissements en Asie chez Schroder Adveq.

En dix ans, le marché chinois du commerce en ligne est passé de 1 % des ventes mondiales au rang de premier marché en 2016, avec 40 % des transactions en valeur. Parallèlement, la technologie mobile a été adoptée à grande échelle en Inde. Les deux pays les plus densément peuplés du monde connaissent une dynamique qui façonnera le 21e siècle. Schroders souligne les quatre « M » qui caractérisent les consommateurs asiatiques : milléniaux, classe moyenne, métropole et mobile.

Outre la crise Covid-19, il y a bien sûr encore d’autres facteurs d’incertitude comme les tensions commerciales, la fragmentation dans le domaine de la 5G et la rivalité régionale. Mais on constate néanmoins des tendances sociales et démographiques indéniables qui confortent l’Asie sur sa lancée. Après avoir d’abord été l’usine de l’Occident, la région s’est transformée en leader de l’innovation sur un marché intérieur en constante évolution.

Les investisseurs mondiaux s’intéressent à la région, tant par le biais du capital-investissement que sur les marchés de capitaux. D’après CB Insights, la Chine compte déjà 118 « licornes » (start-ups d’une valeur de plus d’un milliard de dollars), soit près de la moitié des 238 recensées aux États-Unis. L’Inde progresse rapidement dans ce classement mondial et occupe la troisième place avec 24 « licornes » à son actif. Entre-temps, la demande mondiale d’actifs chinois a atteint un niveau record pendant la pandémie, les participations étrangères dans les obligations et les actions chinoises totalisant environ 150 milliards de dollars jusqu’en août.

© Schroder

Les quatre M représentent la conjugaison des facteurs positifs qui détermineront l’avenir de l’Asie.

  • Milléniaux. L’on dénombre 800 millions de milléniaux en Asie, contre 66 millions aux États-Unis (et 60 millions dans l’UE). Ils sont en passe de devenir les consommateurs les plus optimistes et les plus ambitieux de la planète. 65 % des milléniaux des marchés émergents s’attendent à être mieux lotis que leurs parents, alors que dans les pays développés, un même pourcentage de milléniaux s’attend à vivre moins bien que la génération de leurs parents.

  • Classe moyenne. Et puis, il y a aussi la classe moyenne qui se développe rapidement en Asie. Des centaines de millions d’Asiatiques sont récemment entrés dans la classe moyenne, ce qui représente un pouvoir d’achat énorme. Le consommateur chinois a tendance à privilégier les marques locales. L’Asie représente près de 90 % du prochain milliard de consommateurs de la classe moyenne. La plupart d’entre eux vivront en Chine, en Inde et en Asie du Sud-Est. D’ici 2025, les dépenses de consommation de la classe moyenne dans la région Asie-Pacifique dépasseront celles du reste du monde. Les secteurs d’activité centrés sur la consommation ont donc un potentiel de croissance énorme.

  • Métropole. La croissance de l’Asie est due en partie à l’urbanisation croissante, étant donné que c’est dans les villes que les travailleurs poursuivent leurs rêves. L’Asie compte aujourd’hui plus de 300 villes de plus d’un million d’habitants. À titre de comparaison, les États-Unis en comptent 10 et l’UE, 18. La densité de population de l’Asie offre des conditions idéales pour fournir des produits et services innovants plus rapidement et à moindre coût, bref des conditions propices à la croissance des entreprises.

  • Mobile. L’Asie se caractérise par des utilisateurs enthousiastes de la technologie mobile. La région compte plus de 4 milliards d’abonnements de téléphonie mobile et plus de 2 milliards d’utilisateurs d’Internet, soit plus que n’importe quelle autre région. Alibaba et d’autres entreprises technologiques telles que We Chat et Tencent cherchent des moyens innovants d’exploiter ce potentiel au moyen de super applications multiservices.

La Covid-19 renforce les tendances

La crise de la Covid-19 renforce les tendances existantes. L’innovation numérique se développe à un rythme accéléré. Sont concernés des secteurs comme les communications mobiles, les soins de santé numériques, les paiements mobiles et le commerce en ligne.

La Chine semble être la seule grande économie à ne pas rompre avec la croissance en 2020. Pas moins de 118 nouvelles entreprises ont fait leur entrée en bourse pendant la période comprise entre janvier et juillet de cette année. Cette tendance sera encore renforcée par l’inclusion de la monnaie chinoise dans les indices mondiaux. L’évolution de la consommation en Inde est parfaitement complémentaire à l’essor de la Chine. L’Inde et la Chine sont les deux piliers du progrès asiatique au 21e siècle. L’Inde a été plus durement touchée par la crise de la Covid-19, mais les perspectives restent bonnes. La pandémie contraint l’Inde à accélérer encore sa transition vers le numérique.

Il subsiste d’importants défis, notamment en raison des tensions régionales existantes. Mais la présence plus forte des pays asiatiques sur la scène mondiale entraînera aussi une plus grande reconnaissance de leur rôle diplomatique important au sein d’organisations telles que l’ONU et le FEM. Le dynamisme, l’ambition et la force d’innovation des quatre M offrent des opportunités presque illimitées pour l’Asie.