Pour des villes plus efficientes et durables

Une chronique signée Pauline Naisse, Smart City Institute – HEC Liège – École de gestion de l’Université de Liège

Il est aujourd’hui de plus en plus clair que les données sont des éléments centraux dans la transition de nos villes et communes vers des territoires plus durables et intelligents. Bien que la technologie ne soit pas une fin en soi mais plutôt un outil pour y parvenir, l’émergence exponentielle de celle-ci constitue, pour nos villes et communes, une piste pour faire face aux challenges futurs.

Les données au service du territoire

Chaque jour, des flux impressionnants de données sont générés sur et par nos territoires. Qu’elles proviennent de la commune elle-même, d’entreprises ou d’organisations actives sur son territoire, de capteurs ou de caméras placés en milieu urbain, ou encore d’applications utilisées par ses citoyens ou tout simplement de leur comportement, toutes ces données produites ont de multiples avantages à offrir aux villes et communes, à condition d’être utilisées intelligemment.

Leur utilisation peut en effet augmenter la qualité de vie des citoyens en optimisant les services qui leur sont proposés, comme les systèmes de transport, ou en réduisant, par exemple, leur consommation d’énergie ou la quantité de déchets produits, permettant ainsi de nombreuses économies. L’ouverture des données permet quant à elle plus de transparence au niveau de l’action publique, et ainsi un engagement civique plus marqué. Leur mise à disposition induit également un cercle vertueux d’innovation, un développement économique accru ou encore la création d’emplois. Avec pour effet, in fine, de rendre le territoire plus attractif et compétitif.

Autant d’usages et de nouveaux services qui impactent donc positivement la vie des citoyens. Bien entendu, les contraintes et les limites sont elles aussi bien présentes : citons, par exemple, les problématiques de sécurité de ces données, le risque de fracture numérique, le possible manque de confiance de la part des citoyens à propos des données agrégées et de leur usage, mais également le contexte législatif à prendre en compte.

Face à tous ces enjeux, et pour exploiter de manière optimale le potentiel que les données ont à offrir, éviter des dérives et dépasser les contraintes évoquées, il semble dès lors opportun de mettre en place, au sein de nos villes et communes, une stratégie réfléchie de gouvernance de la donnée.

La gouvernance : un enjeu majeur

Cette stratégie de gouvernance de la donnée induit une réflexion au niveau global, afin de définir un cadre propre au territoire pour la collecte, le traitement et l’exploitation des données, tout en s’assurant de bien respecter les directives et règlements en vigueur (tel que le Règlement général sur la protection des données, le RGPD). Elle doit permettre non seulement de s’assurer de la faisabilité et de la durabilité des projets mis en place, mais aussi :

- de ne pas tomber dans le piège de la technologie “gadget”, en gardant toujours bien en tête que ces données doivent être exploitées dans l’intérêt du citoyen et non utilisées pour construire le rêve d’un technocrate ;

- de dépasser la réflexion en silo en prenant en compte tous les enjeux auquel le territoire est confronté, garantissant ainsi l’interopérabilité des projets ainsi qu’une optimisation des ressources mobilisées ;

- de prendre la voie vers une gouvernance plus ouverte et inclusive, en mettant tous les acteurs autour de la table. En effet, les applications les plus inspirantes naissent là où tous les acteurs (citoyens, entreprises, autorités publiques, universités, etc.) travaillent ensemble pour améliorer le territoire. La ville doit être pensée comme un tout fonctionnel et cohérent.

En Wallonie, une culture de la donnée émerge petit à petit, et nos communes, même les plus sceptiques, commencent à prendre conscience du potentiel des données comme outil de développement territorial (selon le baromètre FuturoCité 2018). Elles sont cependant encore peu nombreuses à mettre en place une véritable stratégie en la matière. Des initiatives encourageantes existent en Wallonie, comme la stratégie Digital Wallonia ou encore l’appel à projets Territoires intelligents lancé en 2019 par la Région wallonne, afin de stimuler et d’accompagner les communes dans leurs démarches. Le Smart City Institute, en tant que référent académique Digital Wallonia en matière de villes intelligentes et durables, propose quant à lui un guide pratique afin d’accompagner les villes et communes dans la construction de leur stratégie de gestion des données.

Pour plus d’infos : www.guidesmartcity.be