Données personnelles et vie privée: les Belges "trop nonchalants" en ligne

Une étude réalisée par AXA Partners souligne le fait que les belges restent "trop nonchalants" lorsqu'il est question de cybersécurité.

La Libre Eco
Données personnelles et vie privée: les Belges "trop nonchalants" en ligne
©AFP

Une étude réalisée par AXA Partners souligne le fait que les belges restent "trop nonchalants" lorsqu'il est question de cybersécurité. 

D'après l'enquête menée par le groupe d'assurance, "73% des Belges ré-utilisent régulièrement ou toujours leurs mots de passe", ce qui représente une hausse de 3% comparé à l'année passée. "Un quart des Belges disent ne jamais changer leurs mots de passe" et près de 14% des Belges n'ont "aucune idée de qui peut consulter leur profil Instagram."

L'étude, dont cette seconde édition a été menée auprès de 1000 personnes, pointe en outre que "les Belges connaissent les principaux cyber-risques mais les négligent (...). Alors que le nombre d'incidents liés à la cybercriminalité ne cessent d'augmenter, les Belges semblent de moins en moins préoccupés par ceux-ci. C'est très inquiétant : non seulement les Belges deviennent de plus en plus nonchalants avec leurs informations personnelles, mais ils accordent moins d'importance à la vie privée", développe Hanne Vandecapelle, Value Proposition Manager Cyber AXA Partners.

Si les Belges sont de plus en plus conscients des risques auxquels ils s'exposent en ligne, ils sont toujours aussi peu nombreux à "agir en conséquence". Pire encore, le nombre de personnes n'approuvant pas qu'une partie de leurs données personnelles se retrouvent en ligne a baissé de 2% au cours de l'année écoulée et 23% des Belges affirment qu'une photo d'eux a déjà été publiée en ligne sans leur consentement. L'année dernière, ce chiffre plafonnait à 11%. "Un Belge sur dix déclare même qu’il y a actuellement des photos de lui en ligne qu'il ne sait pas comment supprimer", explique Hanne Vandecapelle.

Si les Belges font de plus en plus attention au niveau de confidentialité de leurs comptes sur les réseaux sociaux, 30% des sondés disent avoir la possibilité de se connecter au compte Facebook d'une autre personne. Dans la plupart des cas, il s'agit du compte du conjoint (17%), de l'enfant (12%) ou d'autres membres de la famille (10%). "Votre profil est une représentation de vous-même. Par conséquent, il est préférable que vous soyez la seule personne à être en possession de vos identifiants et mots de passe. Faites également attention à qui vous autorisez l'accès de vos profils sur les réseaux sociaux", résume Hanne Vandecapelle.