Publicités ciblées pour les enfants : l'Union européenne dit stop à TikTok

La Commission européenne a annoncé qu'elle entamait un dialogue avec le réseau social pour mettre fin à certaines pratiques, notamment les publicités ciblant les plus jeunes.

Publicités ciblées pour les enfants : l'Union européenne dit stop à TikTok
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Commission européenne a lancé une action à l'encontre du réseau social TikTok, accusé de recourir à des publicités déguisées ciblant les enfants, pour qu'il se conforme aux règles de protection des consommateurs de l'UE, selon un communiqué.

La Commission a, conjointement avec le réseau de coopération en matière de protection des consommateurs (CPC) réunissant les autorités compétentes des Etats membres, "entamé un dialogue formel avec TikTok pour une révision de sa politique et ses pratiques commerciales", selon le communiqué.

L'exécutif européen donne un mois à cette application de partage de vidéos, propriété du géant chinois de l'internet ByteDance et très populaire auprès des enfants et adolescents du monde entier, pour répondre.

Des engagements sont attendus de la part de la plateforme, faute de quoi la procédure peut in fine conduire les autorités nationales à décider d'amendes à son encontre.

"Dans l'Union européenne, il est interdit de cibler les enfants et les mineurs avec des publicités déguisées telles que des bannières dans les vidéos. Le dialogue que nous lançons aujourd'hui devrait aider TikTok à se conformer aux règles européennes de protection des consommateurs", a déclaré le commissaire européen Didier Reynders.

Cette démarche fait suite à une plainte déposée en février auprès de la Commission par le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), qui rassemble les associations de défense des consommateurs de 32 pays en Europe.

TikTok se voit aussi notamment reprocher "certains termes contractuels (...) pouvant être considérés comme trompeurs et confus".

L'organisation française UFC-Que Choisir avait en février dénoncé "le système trompeur" des "cadeaux virtuels" visant à récompenser les vidéos préférées des internautes, estimant que TikTok mettait "tout en oeuvre pour que l'utilisateur oublie qu'il s'agit d'argent réel".

TikTok a indiqué être prêt au dialogue. "Nous avons pris un certain nombre de mesures pour protéger nos plus jeunes utilisateurs, comme rendre tous les comptes des moins de 16 ans privés par défaut, et désactiver leur accès aux messages directs", a précisé Caroline Greer, de TikTok Europe, dans une déclaration transmise à l'AFP.

"De plus les moins de 18 ans ne peuvent pas acheter, envoyer ou recevoir de cadeaux virtuels et nous avons des mesures strictes interdisant les publicités s'adressant à ceux qui n'ont pas l'âge du consentement numérique" (qui est de 15 ans en France par exemple, et varie selon les Etats), a-t-elle ajouté.