Amazon dément accepter bientôt le bitcoin, mais se dit intéressé par les cryptomonnaies

Amazon a démenti lundi une information de presse annonçant que la plateforme accepterait les paiements en bitcoins d'ici la fin de l'année, mais s'est néanmoins dit intéressée par les cryptomonnaies, un attrait qui a dopé les cours de ce marché.

Amazon dément accepter bientôt le bitcoin, mais se dit intéressé par les cryptomonnaies
© REPORTERS
La Libre Eco avec AFP

Le site City AM avait publié, dans la nuit de dimanche à lundi, un article annonçant la prochaine acceptation des paiements en bitcoins, mais aussi la création d'une cryptomonnaie propre à Amazon en 2022, citant une source proche du dossier.

Sollicitée par l'AFP, une porte-parole d'Amazon a assuré que l'information était "inventée".

Pour autant, elle a confirmé "l'intérêt (du groupe) pour ce secteur". "Nous restons concentrés sur l'exploration de ce à quoi cela pourrait ressembler pour les clients qui font leurs achats sur Amazon."

Le monde des cryptomonnaies s'était déjà emballé après la publication récente, par Amazon, d'une offre d'emploi pour un poste de responsable monnaies électroniques et blockchain, la technologie sur laquelle sont basées ces devises.

L'offre d'emploi indiquait qu'Amazon recherchait "un responsable produit pour développer la stratégie d'Amazon en matière de monnaie numérique et de blockchain".

"Nous pensons que le futur se construira sur les nouvelles technologies qui permettront des paiements modernes, rapides et peu onéreux", a commenté Amazon dans une réaction transmise par la porte-parole. "Nous espérons offrir ce futur aux clients d'Amazon le plus rapidement possible."

Le possible intérêt d'Amazon pour les monnaies électroniques, qui s'ajoutait à plusieurs déclarations de dirigeants de la tech la semaine dernière, a suffi à faire décoller les cours lundi.

Après un beau plongeon de début mai à mi-juillet, le bitcoin est passé brièvement au-dessus des 40.000 dollars, avant de perdre un peu de son élan. Il atteignait 38.034 dollars vers 20H45 GMT, en hausse de près de 30% sur une semaine.

Le secteur des cryptomonnaies est néanmoins surveillé comme le lait sur le feu par les autorités et les régulateurs, qui s'inquiètent de son manque de transparence.

Ils ont ainsi forcé Facebook à revoir à la baisse son projet de monnaie numérique "Libra", lancé en 2019. Confiée à une association indépendante et rebaptisée "diem", la monnaie sera au final un "stablecoin" (cryptomonnaie dont le cours est fixe), indexé au dollar.

Mais les transactions sont bien moindres sur le réseau social que sur Amazon, géant du commerce en ligne qui génère des flux de plusieurs centaines de milliards de dollars par an.