Amazon indemnisera désormais les clients victimes de produits dangereux

Pour des réclamations inférieures à 1 000 dollars.

Amazon indemnisera désormais les clients victimes de produits dangereux
© Belga Image
La Libre Eco avec AFP

Le géant américain du commerce en ligne Amazon s'est engagé mardi à indemniser directement des clients victimes de produits jugés dangereux achetés à des vendeurs indépendants sur sa plateforme, peu après le dépôt d'une plainte par une agence américaine de protection des consommateurs.

"Dans le cas imprévu où un produit défectueux vendu sur Amazon.com entraînerait des dommages matériels ou corporels, Amazon indemnisera directement les clients pour des réclamations inférieures à 1.000 dollars", détaille l'entreprise dans un article publié mardi sur son site internet, ce à compter du 1er septembre.

L'indemnisation pourra concerner des montants supérieurs, poursuit Amazon, dans le cas où le vendeur ne répondrait pas aux réclamations ou rejetterait une demande qu'Amazon jugerait valide.

Les réclamations inférieures à ce seuil représentent toutefois aujourd'hui 80 % des cas de plaintes, selon l'entreprise américaine.

Cette annonce d'Amazon survient près d'un mois après le dépôt d'une plainte par une agence américaine de protection des consommateurs (CPSC), visant à obliger le groupe à assumer la responsabilité du rappel de produits jugés dangereux vendus sur sa plateforme.

Parmi les produits estimés à risques de blessure ou de mort des clients figuraient 24.000 détecteurs de monoxyde de carbone défectueux, et 400.000 sèche-cheveux ne protégeant pas suffisamment les utilisateurs de risques de chocs et d'électrocution, selon le CPSC.

"En soutenant les clients et les produits sur notre plateforme, quelle que soit la personne qui les vend, Amazon va au-delà de ses obligations légales et de ce que tout autre place de marché en ligne réalise aujourd'hui pour protéger les consommateurs", estime Amazon.

Pour vérifier la validité des plaintes, Amazon prévoit de faire intervenir des experts indépendants en assurance, tout en écartant elle-même les demandes jugées farfelues ou abusives.

Le géant américain affirme par ailleurs mardi qu'il ne demandera pas de remboursement des indemnités pour les vendeurs qui "respectent nos conditions d'utilisation et possèdent une assurance valide", mais se réserve le droit de poursuivre certains autres.achetés à des vendeurs indépendants sur sa plateforme, peu après le dépôt d'une plainte par une agence américaine de protection des consommateurs.

A partir du 1er septembre

"Dans le cas imprévu où un produit défectueux vendu sur Amazon.com entraînerait des dommages matériels ou corporels, Amazon indemnisera directement les clients pour des réclamations inférieures à 1.000 dollars", détaille l'entreprise dans un article publié mardi sur son site internet, ce à compter du 1er septembre.

L'indemnisation pourra concerner des montants supérieurs, poursuit Amazon, dans le cas où le vendeur ne répondrait pas aux réclamations ou rejetterait une demande qu'Amazon jugerait valide. Les réclamations inférieures à ce seuil représentent toutefois aujourd'hui 80 % des cas de plaintes, selon l'entreprise américaine.

Cette annonce d'Amazon survient près d'un mois après le dépôt d'une plainte par une agence américaine de protection des consommateurs (CPSC), visant à obliger le groupe à assumer la responsabilité du rappel de produits jugés dangereux vendus sur sa plateforme.

Parmi les produits estimés à risques de blessure ou de mort des clients figuraient 24.000 détecteurs de monoxyde de carbone défectueux, et 400.000 sèche-cheveux ne protégeant pas suffisamment les utilisateurs de risques de chocs et d'électrocution, selon le CPSC.

"En soutenant les clients et les produits sur notre plateforme, quelle que soit la personne qui les vend, Amazon va au-delà de ses obligations légales et de ce que tout autre place de marché en ligne réalise aujourd'hui pour protéger les consommateurs", estime Amazon.

Pour vérifier la validité des plaintes, Amazon prévoit de faire intervenir des experts indépendants en assurance, tout en écartant elle-même les demandes jugées farfelues ou abusives.

Le géant américain affirme par ailleurs mardi qu'il ne demandera pas de remboursement des indemnités pour les vendeurs qui "respectent nos conditions d'utilisation et possèdent une assurance valide", mais se réserve le droit de poursuivre certains autres.

Sur le même sujet