Les cryptomonnaies, une menace pour le système financier selon le gouvernement indien

Alors que son gouvernement s'apprête à introduire une législation pour réglementer les cryptomonnaies, le Premier ministre indien a réaffirmé sa désapprobation vis-à-vis du bitcoin, qui représente selon lui un risque pour les jeunes générations.

Selon les détracteurs des cryptomonnaies, les transferts non réglementés largement anonymes en font un outil parfait pour les trafiquants de drogue, les passeurs de migrants ou le blanchiment d'argent.
Narendra Modi rejoint les détracteurs des cryptomonnaies, pour qui les transferts non réglementés représentent un outil parfait pour les trafiquants de drogue, les passeurs de migrants ou le blanchiment d'argent. ©Belga
La Libre Eco avec AFP

"Il est important que toutes les nations démocratiques travaillent ensemble sur ce sujet (les cryptomonnaies) et veillent à ce que ça ne finisse pas dans de mauvaises mains, ce qui pourrait corrompre nos jeunes ", a déclaré sur un ton belliqueux le Premier ministre indien Narendra Modi ce jeudi, lors d'un forum en ligne sur la cybersécurité organisé par l'Australian Strategic Policy Institute.

Alors que son gouvernement s'apprête à introduire une législation pour réglementer les cryptomonnaies, il a réaffirmé sa désapprobation vis-à-vis du bitcoin, qui représente selon lui un risque pour les jeunes générations. Il rejoint les détracteurs des cryptomonnaies, pour qui les transferts non réglementés et largement anonymes représentent un outil parfait pour les trafiquants de drogue, les passeurs de migrants ou le blanchiment d'argent.

L'Inde avait interdit les transactions en cryptomonnaies en 2018, avant que cette interdiction ne soit annulée par la plus haute cour du pays deux ans plus tard, entraînant une explosion de l'activité dans le secteur, de nombreux jeunes du pays ayant succombé à des publicités des stars de Bollywood et du cricket.

Réguler les cryptomonnaies plutôt que les interdire

Plusieurs pays ont commencé à légiférer pour surveiller les cryptomonnaies. Dans de nombreuses juridictions, les échanges sont maintenant soumis aux mêmes réglementations que les autres fournisseurs de services financiers.

Aujourd'hui, plus de 100 millions d'Indiens ont adopté les monnaies virtuelles, ce qui place le pays à la quatrième place derrière les États-Unis, la Russie et le Nigeria en matière d'utilisateurs, selon un rapport publié le mois dernier par le portail d'investissement BrokerChooser.

Des voix de plus en plus nombreuses s'élèvent pourtant pour demander une nouvelle interdiction. Le gouvernement de M. Modi, lui, semble préférer une stricte régulation, qui pourrait être adoptée avant la fin de l'année. Il est soutenu par le directeur de la Reserve Bank of India, Shaktikanta Das, pour qui les cryptomonnaies constituent une menace sérieuse pour le système financier si elles ne sont pas correctement réglementées.

De son côté, la banque centrale envisage d'émettre sa propre monnaie numérique officielle.

Le président Modi a également profité de son discours pour vanter les mérites de l'Inde en tant que pôle technologique mondial. Son projet Digital India vise à moderniser et à exploiter la technologie sur le sous-continent, qui compte 1,3 milliard d'habitants.

M. Modi, qui a été élu sur un programme nationaliste hindou souvent source de divisions, a été accusé par des associations de défense des droits humains d'exploiter la technologie pour faire taire les opposants.

Sur le même sujet