C'est quoi Swift, la plateforme bancaire dont on ne veut pas encore éjecter les Russes ?

Ce système de messagerie bancaire sécurisée, installé en Belgique, est utilisé partout à travers le monde.

François Thys
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a expressément demandé l'exclusion de la Russie du système Swift.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a expressément demandé l'exclusion de la Russie du système Swift. ©AFP

En réponse à l'invasion du territoire ukrainien, la Russie s'apprête à subir des représailles des grandes puissances (Union européenne, Etats-Unis, Royaume-Uni ou encore Japon) sur le plan économique. Un train de mesures a été acté par ces alliés afin de porter un coup sévère à la nation de Vladimir Poutine.

Mais une mesure, pourtant exigée par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, n'est pas (encore) à l'ordre du jour : exclure la Russie du réseau bancaire Swift.

Une coopérative belge utilisée par tous les grands acteurs mondiaux

Derrière cet acronyme se cache en fait une coopérative installée en Belgique. Swift signifie Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, ou Société pour les télécommunications financières interbancaires mondiales, en français. Il s'agit d'une coopérative de droit fondée en 1973 et installée à La Hulpe (Bruxelles). Comme elle l'explique sur son site, Swift fournit "une plate-forme pour la messagerie, des standards pour communiquer et nous proposons des produits et des services pour faciliter l'accès et l'intégration ; l'identification, l'analyse et la conformité en matière de lutte contre la criminalité financière".

Utilisée par 11 000 organisations bancaires à travers plus de 200 pays, elle a aujourd'hui été adoptée de manière presque universelle par le secteur. C'est notamment via Swift que sont apparus les numéros IBAN et les codes BIC, afin d'identifier rapidement les personnes qui réalisent des virements. "Pour autant que votre banque soit affiliée à Swift, le réseau pourra être utilisé de manière rapide et sécurisée afin de communiquer un ordre de paiement - ce qui signifie que votre argent sera envoyé vers le compte choisi sans aucun souci", détaille Wise sur son site internet.

Une arme redoutable... mais à double tranchant ?

"Si on retire les banque russes, au nombre de 300 à peu près, de ce système, elles devront procéder à l'ancienne", analysait Gauthier Rybinski sur les ondes de France 24. "Ca risque d'être très long, surtout pour des gros montants, par exemple les factures de gaz que la Russie encaisse. C'est quelque chose d'intéressant en matière de sanction."

Ce jeudi 24 février, le président américain Joe Biden précisait toutefois qu'exclure la Russie de Swift était simplement "une option".En cause : des désaccords au niveau européen sur la question. Mais pourquoi attendre ?

D'une part, certains pays européens souhaitent en garder sous la pédale pour pouvoir à nouveau pousser sur l'accélérateur si la situation venait à s'envenimer. D'autant plus que cette exclusion de Swift, si elle devait avoir lieu, serait la mesure la plus sévère - "une bombe nucléaire économique" - imaginable. Elle causerait donc, par ricochet, de sérieux dommages aux nations européennes.

C'est quoi Swift, la plateforme bancaire dont on ne veut pas encore éjecter les Russes ?
©AFP

Sur le même sujet