5G : La Wallonie s'aligne sur les normes de rayonnement flamandes et franchit une nouvelle étape vers le déploiement

La région a suivi les conclusions du groupe d'experts, qui avait remis son rapport en décembre dernier. Les blocages politiques semblent levés.

5G : La Wallonie s'aligne sur les normes de rayonnement flamandes et franchit une nouvelle étape vers le déploiement
©JL Flemal
La Libre Eco, avec Belga

En validant la modification de la norme de rayonnement wallonne conformément aux recommandations du groupe d'experts qu'il avait désigné en octobre 2021, le gouvernement régional a franchi une nouvelle étape dans le déploiement encadré de la 5G au sud du pays, "dans le respect du principe de précaution, de la santé publique et tout en limitant l'impact environnemental", annonce-t-il jeudi. L'automne dernier, l'exécutif avait chargé un groupe d'experts indépendants d'évaluer la nécessité de modifier la norme de rayonnement wallonne. Dans ses recommandations, ce groupe plaidait pour une révision de la norme de rayonnement wallonne et pour l'instauration d'une limite similaire à celle applicable en Région flamande.

"Le gouvernement a pris acte ce jeudi de ces recommandations et a validé la modification de la norme d'émission, tout en prenant différentes mesures compensatoires qui encadrent et limitent les impacts environnementaux", précise le gouvernement qui "proposera prochainement une adaptation décrétale concrétisant cet engagement".

-> Lire à ce sujet: 5G en Wallonie, un blocage devenu avant tout politique ? "Il n'y a aucun intérêt, c'est purement idéologique"

Dans le détail, l'exécutif a validé la modification de la norme d'émission en instaurant une limite de 9,2 V/m - à 900 MHz - par opérateur ainsi qu'une limite cumulative de 18,4 V/m (applicable à l'ensemble des antennes émettrices de l'ensemble des exploitants sur un même site). Cette limite permet de limiter l'exposition réelle et cumulée des citoyens aux ondes. Le gouvernement a également choisi d'exclure l'utilisation des ondes millimétriques pour le développement de la 5G, le recul scientifique sur les effets de ces ondes sur la santé étant encore "insuffisant"

L'exécutif a par ailleurs acté une série de décisions complémentaires, dont une surveillance constante des niveaux d'exposition de la population à travers un relevé en continu de l'exposition globale du public et une étude longitudinale (sur 10 ans) pour surveiller les effets sur la population et l'environnement. Les communes auront également la possibilité de demander un contrôle de l'exposition aux ondes.

Enfin, une task force sera mise en place avec les ministres concernés et les opérateurs de téléphonie mobile afin d'aboutir à des engagements concrets du secteur sur l'importance des investissements dans les zones rurales, en ce compris en fibre optique; sur les mesures des opérateurs pour limiter leur consommation énergétique et développer la circularité; sur leur politique de décarbonation et sur la mutualisation des infrastructures et l'interopérabilité.

"Le déploiement encadré de la 5G est une réforme structurelle qui permettra à la Wallonie de se doter des technologies les plus modernes et les plus performantes. Il s'agit d'une réforme indispensable pour permettre à la Région de poursuivre son développement économique", a commenté le ministre-président wallon, Elio Di Rupo. "Ce déploiement se fera de manière encadrée et le gouvernement prendra toutes les précautions qui s'imposent, que ce soit au niveau sanitaire ou environnemental", a-t-il encore assuré.

"La 5G favorisera la création d'emplois pérennes en Wallonie. Elle est également nécessaire pour le renforcement des réseaux d'ancienne génération face à la demande et aux besoins croissants observés en matière de télécommunications. Elle bénéficiera donc à la population dans son ensemble", a renchéri le ministre wallon en charge du Numérique, Willy Borsus.

"Sur base des recommandations des experts, le gouvernement a décidé de permettre le déploiement de la 5G, tout en tenant compte du principe de précaution. Nous nous réjouissons que la norme fixée en Wallonie soit parmi les plus protectrices au monde, tant pour la santé que pour l'environnement", a enfin souligné le ministre régional de l'Énergie, Philippe Henry.

Sur le même sujet