Ce qui pourrait changer sur Twitter suite au rachat par Elon Musk

Le truculent nouveau propriétaire de Twitter a déjà donné quelques indices sur les changements qu'il estimait nécessaires.

Ce qui pourrait changer sur Twitter suite au rachat par Elon Musk
©AFP - DPA
F.T.

Il l'avait annoncé, il le voulait, il l'a fait : Elon Musk, aka l'homme le plus riche de la planète, a franchi un nouveau pallier en s'offrant le réseau social Twitter contre la modique somme de 44 milliards de dollars. Une opération qui, à en croire les déclarations du milliardaire, avait un but "démocratique" plutôt qu'économique. Fervent utilisateur de Twitter, Elon Musk n'a jamais été avare en critiques sur le fonctionnement de la plateforme. Ce rachat pourrait donc être le point de départ d'une vague de changements plus ou moins profonds. Tour d'horizon des pistes avancées.

Libérer Twitter

Le fer de lance de sa réforme devrait s'articuler autour de la liberté d'expression. Elon Musk considère la parole trop muselée sur Twitter, déplorant une utilisation trop fréquente de la censure. "La liberté d'expression est le fondement d'une démocratie fonctionnelle", a-t-il expliqué, comparant Twitter à une "place publique numérique où les sujets vitaux pour l'avenir de l'humanité sont débattus".

Opposant des bannissements (notamment de l'ancien président Trump) et des débats contrôlés, il considère que les extrêmes, de gauche comme de droite, devraient être "équitablement mécontentes". Il a par ailleurs affirmé qu'il espérait voir ses plus fervents détracteurs continuer d'utiliser Twitter, car c'est selon lui la définition même de la liberté d'expression. Il a également déclaré que si Trump avait créé son propre réseau social (Truth Social), c'est parce que Twitter avait censuré la liberté d'expression.

Seule limite fixée par celui qui se qualifie "d'absolutiste de la liberté d'expression" : celle de la loi, qui ne doit pas être violée.

Bientôt une option pour modifier ses tweets

En amont du rachat, Elon Musk avait déjà pris le pouls auprès de ses abonnés sur de possibles changements. En tête de la liste, on retrouve l'option "éditer". Un sondage sans appel (73,6 % pour, 26,4 % contre) de ses followers l'a a priori conforté du bien-fondé de cette option.

Mais beaucoup redoutent des effets néfastes si cette option, pourtant déjà disponible sur d'autres réseaux comme Facebook ou Instagram, venait à apparaître sur Twitter. Car si un utilisateur était amené à changer a posteriori un tweet, pour modifier des propos voire inverser complètement le sens des propos, les commentaires originels sur le fil resteraient eux inchangés. De quoi donner à des commentaires et leurs auteurs une allure tout à fait différente sur une problématique donnée.

Un algorithme public et transparent

Il s'agit peut-être du plus grand bouleversement envisageable par Elon Musk. A plusieurs reprises, il a fait part de sa volonté de rendre open source l'algorithme de Twitter.

Concrètement, lorsque vous ouvrez un réseau social (Twitter ou un autre), un algorithme détermine quels contenus sont les plus susceptibles de vous intéresser. C'est lui qui choisit ce que vous verrez (ou ne verrez pas) lors de votre navigation. Elon Musk souhaiterait rendre ce processus disponible pour le grand public, permettant aux internautes aux connaissances nécessaires de décrypter en temps réel le fonctionnement de l'algorithme. Il est également possible que certains puissent suggérer des modifications à son fonctionnement.

Adoptée par très peu de plateformes, cette politique serait une véritable révolution pour un réseau social comme Twitter.

Lutter contre les bots "ou mourir en essayant"

Autre combat vital à ses yeux, la lutte contres les bots (faux comptes), utilisés par les marques et influenceurs pour créer davantage d'interactions autour d'un sujet, le faisant ainsi remonter parmi les sujets en tendance.

De manière plus énigmatique, il a également affirmé vouloir "identifier tous les vrais humains" sur le réseau social, sans préciser ce qu'il entendait par cette formule. Considérée de manière plus favorable par les observateurs, cette démarche tendrait à améliorer la qualité de la plateforme et éviter les abus, notamment publicitaires.

Fin des publicités et version payante

Elon Musk n'a par ailleurs jamais caché sa désapprobation des publicités présentes sur Twitter, déplorant qu'elles donnaient trop de pouvoir et d'influence aux marques. Importante source de financement, leur disparition obligerait l'entreprise à se tourner vers d'autres revenus.

L'une des pistes envisagées est celle d'inscriptions payantes pour certains utilisateurs. Si "Twitter sera toujours gratuit" pour les utilisateurs lambda, une petite contribution financière pourrait être demandée aux détenteurs de comptes commerciaux ou politiques. A noter qu'il est d'ores et déjà possible dans certains pays (États‑Unis, Canada, Australie et Nouvelle‑Zélande) de payer un abonnement mensuel pour avoir accès à Twitter Blue, qui donne accès à des fonctionnalités supplémentaires. Le système pourrait donc être élargi à l'avenir.

Quoi qu'il en soit, et même si Elon Musk a déjà abordé explicitement ces options, rien ne garantit leur implémentation dans un avenir plus ou moins long. Tout d'abord, car l'homme s'est déjà montré imprévisible à de nombreuse reprises. Difficile de savoir si ses premiers chantiers concerneront bel et bien ces thématiques ou s'il optera pour d'autres batailles. Ensuite, parce que Twitter reste un mastodonte à manœuvrer. S'il se situe très loin derrière la famille Meta (3,6 milliards d'utilisateurs), le réseau social rassemble tout de même 200 millions d'utilisateurs. Si Elon Musk pourra donner un cap, la nature même de Twitter restera fortement dépendante de la manière dont les utilisateurs réagiront aux changements proposés. Les prochains mois promettent en tout cas d'être animés pour le petit oiseau bleu.

Sur le même sujet