"Crypto mugging" : quelle est cette nouvelle menace pour vos cryptomonnaies ?

Les cybercriminels en viennent à présent aux mains.

"Crypto mugging" : quelle est cette nouvelle menace pour vos cryptomonnaies ?
©Shutterstock

Les criminels ne sont jamais à court d'imagination lorsqu'il s'agit d'inventer de nouvelles façon de voler. Ce printemps, ce sont vos cryptomonnaies qui sont visées, avec un nouveau type d'agression apparu dans la City de Londres.

D'après plusieurs dossiers de police qu'a pu consulter en exclusivité le journal britannique The Guardian, les cybercriminels en viennent à présent aux mains. Plusieurs victimes se sont en effet fait dérober leur téléphone portable, avant de découvrir que par ce biais, les voleurs avaient réussi à subtiliser des sommes d'argent substantielles dans leur portefeuille de cryptomonnaies.

Une agression mi-physique, mi-virtuelle

Une première victime a, par exemple, été agressée alors qu'elle tenait son smartphone en main pour commander un Uber. Les agresseurs lui ont pris son téléphone, et ont fini par lui rendre, mais après avoir volé l'équivalent de 5 000 livres sterling (5 900 euros) en monnaie numérique ethereum, via la plateforme Coinbase (portefeuille de devises numériques en ligne et plateforme d'échange de cryptomonnaies).

Une autre victime a été approchée par un groupe de personnes lui proposant de lui vendre de la cocaïne. Il a accepté de les suivre dans une petite ruelle, et c'est à ce moment-là qu'il s'est retrouvé plaqué contre un mur, forcé à déverrouiller son smartphone par reconnaissance faciale. Une fois l'accès effectué, les cybercriminels ont transféré 6 000 livres (7 000 euros) de la monnaie virtuelle ripple à partir de son compte vers le leur.

Certains cryptoinvestisseurs se sont déjà fait dérober jusqu'à près de 30 000 livres (35 000 euros) par le biais de ce nouveau type de double agression physique et informatique.

Irréversibilité

"Si je me fais voler et qu'on me force à faire un virement bancaire, la banque peut retracer par où est passé l'argent et il y a différentes façons d'inverser la transaction. Mais si l'argent est transféré d'un portefeuille de cryptomonnaies vers un autre, il n'y a pas de retour en arrière possible", analyse David Gerard, auteur du livre Attack on the 50 Foot Blockchain. C'est cette irréversibilité du crime qui surmotive les voleurs.

A noter qu'au regard de la nature des cryptomonnaies, puisque les transactions sont enregistrées et non modifiables sur la blockchain, il est en théorie possible de retrouver la trace de l'argent volé. La police effectue en général ce travail pour les très importantes sommes d'argent (plusieurs millions), mais il est plus compliqué de mettre en place ces moyens pour un grand nombre de petits larcins.

En outre, le risque de crypto-mugging ("agression" en français) est exacerbé par le fait que l'argent virtuel est géré différemment de l'argent physique. "Vous ne vous promèneriez pas dans la rue en comptant une liasse de billets de 50 livres. Cela devrait être la même logique pour les actifs cryptographiques", conclut Phil Ariss, directeur de l'équipe chargée des cryptomonnaies du programme de lutte contre la cybercriminalité du National Police Chiefs' Council (Royaume-Uni).

Sur le même sujet