Exigences de paiement de Google dans le Play Store : le Royaume-Uni enquête pour "distorsion de la concurrence"

Les achats réalisés au sein des applications dans le Play Store ne peuvent se faire que via le système de paiement de Google. Cela pourrait constituer une distorsion de la concurrence.

La Libre Eco avec Belga
Les applications commerciales du Play Store d'Android, le système d'exploitation de Google, doivent généralement s'acquitter d'une commission de 15 % sur tous les paiements traités par Google.
Les applications commerciales du Play Store d'Android, le système d'exploitation de Google, doivent généralement s'acquitter d'une commission de 15 % sur tous les paiements traités par Google. ©Shutterstock

L'autorité britannique de la concurrence (CMA) a ouvert une enquête sur les exigences de paiement de Google pour les applications proposées dans son Play Store, a-t-on appris vendredi. L'enquête se concentre principalement sur la condition selon laquelle les achats réalisés au sein des applications ne peuvent se faire que via le système de paiement de Google. Selon la CMA, cela pourrait constituer une distorsion de la concurrence. L'autorité néerlandaise de la concurrence a ouvert une enquête préliminaire similaire après des plaintes de la maison-mère d'applications de rencontre telles que Tinder et OKCupid.

Les applications commerciales du Play Store d'Android, le système d'exploitation de Google, doivent généralement s'acquitter d'une commission de 15 % sur tous les paiements traités par Google. Dans sa défense contre une plainte de Match Group, Google avait souligné que les magasins d'applications alternatifs existent sur Android, sans ces conditions.

Duopole

La CMA a également annoncé vendredi qu'elle investiguerait plus profondément le pouvoir que se partagent Google et Apple sur le marché des navigateurs internet mobiles. Les deux entreprises américaines détiennent dans les faits un "duopole" dans ce domaine, écrit le régulateur britannique après une enquête préliminaire. Ceci leur donne la possibilité de "tenir la mainmise" sur ce marché, qui inclut les systèmes d'exploitation, les navigateurs web et les téléphones mobiles, selon la CMA.

Apple limite également l'accès aux jeux informatiques qui peuvent être diffusés via le cloud, selon l'autorité britannique. Ainsi, le fabricant des iPhones voudrait privilégier les jeux qui doivent être téléchargés, plus lucratifs pour Apple, ce qui empêche la création de formes de jeux plus innovantes.

La marque à la pomme s'est dite "respectueusement en désaccord" avec un certain nombre de conclusions de la CMA. Le géant de la tech a mis en valeur ses propres investissements dans la technologie innovante.