Le "giga" de Voo débarque à Bruxelles (et ne devrait pas nécessiter de casser vos trottoirs)

L'opérateur vise à couvrir un foyer sur deux d'ici un an avec son offre "Giga", disponible pour 5€ par mois supplémentaires.

A. Msc.
Voo est présent en Wallonie mais également dans six communes bruxelloises.
Voo est présent en Wallonie mais également dans six communes bruxelloises. ©Belga

L’opérateur wallon Voo a décidé "d'accélérer" et lance son “giga” dans les six communes qu'il couvre dans la capitale ce mercredi. En clair, les clients Voo, qui disposent de toute façon déjà d’une connexion à 400 MB/s (mégabit par seconde) pourront passer à 1000 Mb/sec (soit un gigabit) s’ils le désirent, en échange de 5 euros par mois pour l’option “gigaboost”. Et ce sans avoir à attendre que l’opérateur fasse des travaux de voirie importants, assure-t-il. Petite pique au passage pour les concurrents qui doivent installer les raccordements “fibre” jusqu'aux habitations.

Voo mise effectivement sur son réseau hybride “fibre coax”. En clair, la fibre constitue les grandes lignes du réseau (sur près de 9000 km) et le câble coaxial vient terminer les connexions aux habitations.

Peut-on prétendre à une vitesse digne de la fibre ? L’opérateur l’affirme, car cela permet d’obtenir une vitesse de transfert sans précédent et sans perte ou atténuation le long des lignes et avoir une technologie flexible pour les derniers raccordements.

"80 % de notre réseau est en aérien, donc il y a très peu de travaux à faire", détaille d'ailleurs Thierry Moens, head of product management chez Voo, avec une arrière-pensée pour ses concurrents qui ont un réseau enterré "qui doivent tout casser", qu'on ne citera pas.

"Tous les travaux ont déjà été faits à Bruxelles, c'est immédiat", renchérit Jean-Michel Adant, directeur général de Brutélé (réseau de Voo à Bruxelles).

Quoi qu'il en soit, le testeur de connexion nPerf avait déjà placé Voo devant Orange (sa future maison-mère quand le rachat sera terminé) et Proximus en termes de rapidité en téléchargement l'année dernière. Seul Telenet faisait un peu mieux. Mais le premier est surtout présent en Wallonie et le dernier en Flandre et les deux partagent la même technologie.

"En quelques mois seulement, nous avons ouvert le robinet du Giga dans 3 grandes villes et 22 communes en Wallonie. Aujourd'hui, c'est au tour de Bruxelles", se félicite le CEO, Chritopher Traggio. Pour rappel, les communes couvertes sont donc Auderghem, Evere, Ixelles, Uccle, Saint-Gilles et Woluwe-Saint-Pierre.

Quid de l’upload ?

Le "giga", c'est la capacité en téléchargement. Lorsque vous amenez les données chez vous. Pour l'upload, la capacité reste plus limitée pour les particuliers. "Nous ne sommes pas dans une surenchère comme en France", ajoute Thierry Moens, qui assure que l'opérateur peut atteindre 100 ou 200 Mb/s sans souci, mais que la plupart des particuliers n'y ont pas d'intérêt pour le moment. Quelque chose qui pourrait évoluer avec le télétravail cumulé aux sessions potentiels de "gaming" pour certains, voire aux upload de données des objets connectés qui tendent à se multiplier.

"On sait que les besoins vont augmenter chaque année. Les gens ont parfois 25 appareils connectés à la maison. Ou cela va s'arrêter ? En tout cas, nous, on est prêts", affirme à ce propos le CEO.

La priorité pour l’opérateur est d’apporter le giga à un client sur deux d’ici 2023 et à l’entièreté dans les prochaines années. L’investissement total porte sur 300 millions d’euros, rappelle l’opérateur.

Le visuel de l'opérateur pour le lancement de sa campagne publicitaire.
Le visuel de l'opérateur pour le lancement de sa campagne publicitaire. ©Voo