La mise aux enchères du spectre radioélectrique a rapporté plus de 1,4 milliard d'euros

Dans une première phase, le nouveau spectre 5G (700 et 3.600 MHz) et le spectre radioélectrique existant 2G et 3G (900 MHz, 1.800 MHz et 2.100 MHz) avaient été mis aux enchères jusqu'au 20 juin, rapportant 1,2 milliard d'euros.

La Libre Eco avec Belga
La mise aux enchères du spectre radioélectrique a rapporté plus de 1,4 milliard d'euros
©Shutterstock

La mise aux enchères du spectre radioélectrique a rapporté au total plus de 1,4 milliard d'euros, annonce mercredi l'Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT). Dans une première phase, le nouveau spectre 5G (700 et 3.600 MHz) et le spectre radioélectrique existant 2G et 3G (900 MHz, 1.800 MHz et 2.100 MHz) avaient été mis aux enchères jusqu'au 20 juin, rapportant 1,2 milliard d'euros.

La seconde phase, pour la bande de fréquences radioélectriques 1.400 MHz, s'est clôturée ce mercredi, rapportant 216,5 millions d'euros. Au total, plus d'1,4 milliard d'euros ont donc été engrangés.

Dans cette seconde phase, 90 MHz supplémentaires ont été mis aux enchères, qui opposaient Orange, Proximus et Telenet. Chacun a acquis des droits d'utilisation sur cette bande de fréquences. La moitié (45 MHz) a été acquise par Proximus, pour près de 109 millions d'euros. Orange acquiert 35 MHz pour 69,65 millions d'euros et Telenet les 15 MHz restants pour 38 millions.

"Les deux nouveaux opérateurs mobiles Citymesh Mobile SA et Network Research Belgium SA n'étaient pas candidats à l'acquisition de spectre radioélectrique dans cette bande de fréquences 1.400 MHz", confie l'IBPT.

Les droits d'utilisation de la bande 1.400 MHz pourront être utilisés à partir du 1er octobre.