Le "mélangeur de cryptomonnaies" Tornado sanctionné par Washington

Tornado Cash est accusé d'avoir été utilisé pour blanchir plus de 7 milliards de dollars de monnaie virtuelle depuis 2019, y compris en lien avec la Corée du Nord.

La Libre Eco avec Belga
Le "mélangeur de cryptomonnaies" Tornado sanctionné par Washington
©Shutterstock

Les Etats-Unis ont imposé lundi des sanctions financières à l'encontre du "mélangeur de cryptomonnaies" Tornado Cash, accusé d'avoir été utilisé pour blanchir plus de 7 milliards de dollars de monnaie virtuelle depuis 2019, y compris en lien avec la Corée du Nord. "Le Trésor sanctionne Tornado Cash, un mélangeur de devises virtuelles qui blanchit l'argent issu des cybercrimes, y compris ceux commis contre des victimes aux Etats-Unis", a déclaré le sous-secrétaire au Trésor pour le terrorisme et le renseignement financier, Brian Nelson, dans un communiqué.

Le "mélangeur" a été, selon Washington, utilisé pour blanchir plus de 7 milliards de dollars de monnaie virtuelle depuis sa création en 2019.

"Cela comprend plus de 455 millions de dollars volés par le groupe Lazarus, un groupe de piratage parrainé par l'Etat de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et qui a été sanctionné par les Etats-Unis en 2019, dans le cadre du plus grand vol de monnaie virtuelle connu à ce jour", précise le Trésor.

Les autorités américaines avaient accusé mi-avril le groupe Lazarus et APT38, des hackeurs "associés" au régime reclus, d'être responsables du vol de 620 millions de dollars en ethereum, une cryptomonnaie, qui a suivi le piratage du jeu vidéo Axie Infinity fin mars.

"Bien qu'il affirme publiquement le contraire, Tornado Cash a échoué à plusieurs reprises à imposer des contrôles efficaces conçus pour l'empêcher de blanchir des fonds pour des cyberacteurs malveillants et sans mesures de base pour faire face à ses risques", relève également Brian Nelson.

En mai, Washington avait, pour la première fois, imposé des sanctions financières à l'encontre d'un mélangeur de cryptomonnaies, Blender.io, accusé lui aussi d'implication dans le blanchiment d'argent virtuel par la Corée du Nord.