Ubisoft va produire des jeux vidéo mobiles pour Netflix et sortir un nouveau "Assassin's Creed"

Ce futur "Assassin's Creed", l'une des séries les plus populaires de son catalogue depuis son lancement en 2007, sera baptisé "Mirage" et se déroulera à Bagdad, à l'époque médiévale. L

La Libre Eco avec AFP
Ubisoft va produire des jeux vidéo mobiles pour Netflix et sortir un nouveau "Assassin's Creed"
©Shutterstock

L'éditeur français Ubisoft va produire des jeux vidéo mobiles pour le géant du streaming Netflix, avec qui il prépare déjà des séries, et sortir le prochain épisode de sa saga "Assassin's Creed" en 2023, a-t-il annoncé samedi.

Ce futur "Assassin's Creed", l'une des séries les plus populaires de son catalogue depuis son lancement en 2007, sera baptisé "Mirage" et se déroulera à Bagdad, à l'époque médiévale. Le précédent opus, "Valhalla", commercialisé en 2020, a dépassé le cap du "milliard d'euros de revenus" générés, a souligné le patron d'Ubisoft Yves Guillemot, lors d'une conférence de presse.

En outre, après avoir annoncé en 2020 un partenariat avec Netflix pour décliner en plusieurs séries la marque "Assassin's Creed", Ubisoft a conclu un accord pour produire "trois jeux mobiles" sur la plateforme, dont un "Assassin's Creed" justement, a-t-il ajouté.

Concurrencé par d'autres services de streaming, comme Disney+ ou HBO Max, Netflix cherche à se diversifier, notamment en se renforçant dans le jeu vidéo. La saga "Assassin's Creed" a déjà été adaptée en BD ainsi qu'au cinéma en 2016, illustrant la stratégie d'Ubisoft d'adapter ses productions pour d'autres médias.

Près d'une dizaine de films et séries tirés de ses jeux sont ainsi prévus dans les prochaines années, parmi lesquels "Les lapins crétins".

Outre ce volet "Mirage" en 2023, d'autres opus d'"Assassin's Creed" sont prévus à l'avenir, dont un qui aura pour décor le Japon, selon Ubisoft. Yves Guillemot est également revenu sur l'alliance nouée cette semaine avec le chinois Tencent pour garder la main sur son groupe. Selon lui, cet accord lui donne "le droit de travailler avec tous (les partenaires) que nous voulons".

Dans le cadre de ce pacte, Tencent, déjà présent au capital du champion français du jeu vidéo, va investir 300 millions d'euros et agir de concert avec la famille Guillemot. Ensemble, ils détiendront ainsi 24,9 % des droits de vote du groupe.

Cet accord sécurise le contrôle de la famille sur Ubisoft, alors que le secteur du jeu vidéo est le théâtre de grandes manoeuvres de consolidation et que l'éditeur français attire les convoitises.