Les publicités politiques font leur grand retour sur Twitter

Les publicités politiques avaient été interdites car Jack Dorsey, précédent dirigeant de Twitter, considérait que la portée des messages politiques ne devaient pas s'acheter. Ce revirement devrait remplir les caisses du réseau social.

Elon Musk est pour la première fois l'homme le plus riche du monde selon le classement Forbes et a racheté Twitter pour 44 milliards de dollars.
©Copyright (c) 2022 Sergei Elagin/Shutterstock. No use without permission.

D'ici quelques semaines, Twitter autorisera à nouveau une sélection de publicités politiques. Cela mettra fin, après trois ans, à une interdiction mondiale de la publicité des partis politiques, des hommes politiques et des candidats sur le média social. Le nouveau propriétaire, Elon Musk, considère qu'il s'agit d'une nouvelle étape dans son objectif de "permettre la conversation publique sur des questions importantes".

Twitter annoncera ultérieurement quelles seront exactement les règles élargies. Les directives commenceraient à correspondre à celles des publicités à la télévision et dans d'autres médias. Musk considère les mesures restrictives sur Twitter, notamment l'interdiction de l'ancien président Donald Trump, comme de la censure et a commencé à les supprimer peu après sa prise de contrôle en octobre. Cela a suscité de nombreuses protestations au cours des derniers mois.

"La portée de messages politiques doit être gagnée et non achetée"

En 2019, Jack Dorsey, cofondateur puis dirigeant de Twitter, a décidé d'interdire les publicités politiques car il estime que "la portée des messages politiques doit être gagnée, et non achetée". Elle n'a pas profité à la campagne du président Trump de l'époque.

L'assouplissement des règles relatives aux publicités politiques pourrait aider Twitter à tirer davantage de revenus des publicités diffusées sur la plateforme. L'orientation controversée de Musk a provoqué l'abandon de plusieurs grandes marques. D'ailleurs, les publicités politiques ont rapporté relativement peu d'argent. En 2018, ils ont rapporté moins de 3 millions d'euros lors des élections de mi-mandat.