Digital

Alors qu'Apple met à jour ses appareils emblématiques pour la saison des fêtes, la pression monte pour que le groupe informatique américain sorte un nouveau produit révolutionnaire comme ont pu l'être l'iPhone ou l'iPad.

"Tôt ou tard, il va falloir qu'ils sortent une nouvelle catégorie d'appareils dont personne ne savait avoir besoin avant qu'Apple l'annonce et en vende des millions", indique à l'AFP Van Baker, un analyste du cabinet de recherche Gartner. "Nous attendons toujours."

Depuis que Tim Cook a pris les rênes du groupe en 2011 en remplacement du patron fondateur Steve Jobs, Apple a fortement amélioré les fonctionnalités de ses ordinateurs, téléphones et tablettes.

Lors de la sortie de ses nouveaux modèles d'iPhone en septembre, il a réussi à en écouler 9 millions en trois jours, un record. Mais depuis la tablette iPad en 2010, le groupe n'a pas sorti de produit qui transforme ou crée un marché. Au point que certains commencent à dire qu'Apple a perdu son brio et sa capacité d'innover en même temps que Steve Jobs.

Ces inquiétudes se sont ressenties sur le cours de Bourse de l'action du groupe à la pomme, qui à quelque 520 dollars, n'a plus que les trois quart de sa valeur de septembre 2012, quand elle avait atteint un plus haut historique à 702,10 dollars après la sortie de l'iPhone 5.

Ces craintes sont prématurées, juge toutefois Van Baker, qui rappelle qu'il a fallu attendre 5 ans entre le baladeur iPod et l'iPhone, puis trois ans supplémentaires avant l'iPad.

"Apple est encore dans la fenêtre de tir pour sortir quelque chose dans une catégorie complètement nouvelle", juge l'analyste. "S'ils ne l'ont pas fait d'ici la fin de l'année prochaine, alors les gens auront des raisons d'être plus nerveux".

Pour l'heure, ce qui manque vraiment à Apple, c'est la maestria avec laquelle Steve Jobs savait gérer les attentes et orchestrer la présentation de ses nouveautés pour impressionner le public quel que soit le produit qu'il sortait.

"Apple est bon pour inventer des nouveaux produits et maximiser la rentabilité de sa gamme de produits sur la durée avec des innovations dans les logiciels et un marketing intelligent", relevait sur son blog Thomas Husson, un analyste du cabinet de recherche Forrester, juste après la présentation des nouveaux iPad mardi. Mais "le moment viendra où le groupe aura besoin de créer un nouveau marché une fois de plus", reconnaissait-il.

Tim Bajarin, président de la société de conseil spécialisée dans le secteur technologique Creative Strategies, juge qu'en installant sur une série de ses produits de puissants processeurs 64 bits permettant des usages plus sophistiqués ainsi que des logiciels compatibles, Apple ouvre la voie à une nouvelle génération d'appareils mobile aux capacités similaires à celles des ordinateurs, comme des accessoires portables par exemple.

"Cette année, Apple bâtit la fondation technologique pour fournir le prochain grand truc, qu'il s'agisse d'une iWatch (le surnom donné à la montre interactive sur laquelle les observateurs du secteur spéculent depuis des mois), d'une nouvelle plateforme de télévision, ou de quoi que ce soit d'autre", ajoute Tim Bajarin.

Il rappelle que c'était aussi la méthode de Steve Jobs, qui "avait ces périodes répétées, où le groupe érigeait de nouvelles fondations à des technologies novatrices". "Je pense que l'année prochaine sera leur grande année d'innovation", affirme Tim Bajarin.