L'Europe doit être "aux avant-postes" de la création d'une monnaie numérique commune et "activement" œuvrer pour que ce nouvel outil de paiement voit le jour, a plaidé vendredi le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz.

"Une Europe souveraine a besoin de solutions de paiement innovantes et compétitives", a déclaré M. Scholz en amont d'une visioconférence des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe), qui doit aborder cette question.

Le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, ne veut pas d'une zone euro passive. © DPA

Pour le ministre social-démocrate, "l'Europe doit être aux avant-postes sur la question des monnaies numériques de banque centrale et doit activement le faire progresser".

Ainsi, la première économie de la zone euro "soutiendra de façon constructive" les travaux engagés par la Banque centrale européenne (BCE) en vue de la possible création d'un euro numérique.

"Nous ne devons pas être spectateurs" de cette évolution, a estimé le ministre allemand qui a également appelé à "ne pas se rendre dépendant là où la souveraineté des Etats est en jeu".

Décision attendue cet été

La BCE décidera cet été si elle se lance ou non dans la création d'un euro numérique, à l'issue d'une vaste consultation et d'études engagées ces derniers mois, a indiqué cette semaine l'un de ses responsables.

Selon une enquête publique de l'institution de Francfort, également dévoilée cette semaine, les particuliers et les professionnels interrogés attendent en premier lieu de la monnaie numérique la confidentialité (43 %), suivie de la sécurité (18 %), la capacité de payer dans la zone euro (11 %), l'absence de frais supplémentaires (9 %) et la possibilité de payer en dehors de l'internet (8 %).

La question des cryptomonnaies est étudiée de près par de nombreux pays, face notamment au projet de monnaie numérique initié par Facebook, la Libra.

Plusieurs banques centrales planchent sur le sujet, la Chine et son projet de crypto-yuan comptant parmi les plus avancés.

Les monnaies numériques sont stockées sur des supports électroniques, sans avoir besoin de compte en banque, et sont acceptées comme moyen de paiement par des entreprises.