Un consortium de chercheurs européens est en train de mettre au point une application qui devrait permettre à tout un chacun d'être informé s'il a été en contact avec un porteur du coronavirus. L'anonymat serait garanti. Ce consortium regroupe 130 partenaires de huit pays. Le but est de développer un protocole totalement anonymisé de suivi et d'alerte, basé sur la technologie Bluetooth.

Intitulé Pan-European Privacy-Preserving Proximity Tracing (PEPP-PT), cette plate-forme, dont la KU Leuven est membre, répond aux normes européennes de protection des données, ont expliqué ses promoteurs. Elle devrait pouvoir être utilisée lors de voyages dans différents pays.

De telles applications pour smartphones avertissant si l'on a été en contact avec un porteur du virus existent déjà à Singapour, en Corée du Sud et en Chine. Elles ne sont toutefois pas utilisables telles quelles en Europe pour des raisons de protection des données.

Cette technologie pourrait s'avérer fort utile pour accompagner la sortie de confinement. La plate-forme PEPP-PT utilise Bluetooth pour enregistrer les rapprochements de propriétaires de smartphones. L'armée allemande participe à son calibrage avec des exercices effectués par ses soldats.

Le développement de la plate-forme devrait être terminé à la fin de la semaine prochaine. Le système doit ensuite être mis en libre accès.

© AFP