En pleine résurgence de l'épidémie, le gouvernement britannique a lancé jeudi en Angleterre et au Pays de Galles son application de traçage des cas de nouveau coronavirus, quatre mois après la date initialement prévue.

"Avec l'augmentation du taux d'infection, nous devons utiliser tous les outils à notre disposition pour prévenir la transmission" du virus, a estimé dans un communiqué le ministre de la Santé Matt Hancock, qui a invité les Britanniques à télécharger en masse cette application "simple et sécurisée" pour "se protéger et protéger leurs proches".

Après avoir cherché à élaborer sa propre application au niveau national en confiant son développement au service public de santé (NHS), le Royaume-Uni a fait volte-face mi-juin, abandonnant sa solution centralisée jugée inefficace, au profit du modèle décentralisé favorisé par Google et Apple.

Cette nouvelle version, basée sur la technologie Bluetooth, alertera les utilisateurs s'ils ont passé 15 minutes ou plus à moins de deux mètres d'un autre utilisateur qui a ensuite été testé positif au virus. Elle permettra aussi aux clients de fournir plus facilement aux pubs et restaurants leurs coordonnées - une obligation légale - grâce à un lecteur de QR code.

Disponible en plusieurs langues et pour les plus de 16 ans, cet outil ne concerne que les provinces britanniques d'Angleterre et du Pays de Galles, l'Irlande du Nord et l'Écosse ayant respectivement déjà lancé leur propre système de traçage fin juillet et début septembre.

Pour Christophe Fraser, professeur à l'université d'Oxford et conseiller scientifique du programme de traçage, "il est possible de réduire significativement le nombre de cas de nouveau coronavirus, d'hospitalisations et de décès si ne serait-ce que 15% de la population télécharge l'application et suit les conseils d'isolement".

Son lancement "marque une étape importante dans notre lutte contre" le virus, a jugé Matt Hancock, alors que le Royaume-Uni, pays le plus durement touché en Europe avec près de 42.000 morts, fait face à une résurgence de l'épidémie.

Mercredi, les autorités sanitaires rapportaient 6.178 nouvelles contaminations, un record journalier plus atteint depuis le 1er mai.

Afin d'éviter à tout prix un nouveau confinement, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé mardi un resserrement des mesures en Angleterre, où il encourage de nouveau le télétravail et a imposé un couvre-feu à 22H00 pour les pubs et restaurants.