Digital

Il y a un peu plus d'un mois, la ville japonaise de Nagasaki célébrait le soixante-huitième anniversaire de l'attaque atomique du 9 août 1945. L'explosion avait coûté la vie à 70.000 personnes. 

Puisque beaucoup de personnes n'arrivent pas à imaginer les effets dévastateurs des armes nucléaires aujourd'hui, un chercheur américain de l'Institute of Physics, Alex Wallerstein, a mis au point le site internet http://nuclearsecrecy.com/nukemap.

Il faut d'abord choisir le lieu où la bombe explosera puis le type de matériel utilisé. La bombe envoyée sur Nagasaki, "Fat Man" fait partie de la liste. Il faut ensuite cliquer sur "Detonate" pour découvrir les dommages crées par l'explosion. La simulation de Nukemap est tellement précise qu'elle permet même de définir la taille de la boule de feu, le rayonnement nucléaire et le taux de mortalité aux alentours. 

Près de 50.000 morts sur Bruxelles

Si Fat Man était largué sur la Grand Place, en plein centre de Bruxelles, il y aurait immédiatement 47.080 morts et 130.850 blessés. Dans un rayon de 0.1 km carré, une boule de feu réduirait le centre-ville à néant. Dans une zone de 6 kilomètres carrés autour de l'épicentre, la plupart des bâtiments seraient détruits. Quant aux chances de survies, elles seraient quasiment nulles. 

Un peu plus loin de la Grand Place, dans une zone de 12.5 km carrés, les habitants seraient brûlés au troisième degrés. Mais ces blessures ne seraient pas douloureuses puisque la plupart des nerfs de la douleur seraient détruits. Des amputations seraient dans de nombreux cas nécessaires. 

Un site avec une vocation pédagogique

L'objectif premier du site n'est pas de proposer du sensationnel gratuit, mais bien de sensibiliser le public aux conséquences que pourrait engendrer une guerre atomique. Sur le Journal du Geek, le chercheur Alex Wellerstein justifie l'ouverture de son site : "J'ai réalisé que les étudiants n'ont pas conscience de l'impact d'une explosion nucléaire. [...] Beaucoup de gens pensent que si une arme nucléaire se déclenche, la planète entière va disparaître. En réalité, des bâtiments s'effondreraient, il y aurait des incendies, des blessés et la pollution nucléaire se répandrait durant des années. C'est bien plus vicieux que ce que l'on pense", explique-t-il.