Digital

Facebook, le plus grand réseau social de l’histoire, comptabilisait à lui seul, en juillet 2011, plus de 750 millions d’utilisateurs dans le monde.

Pourtant, depuis sa création, plusieurs personnes ont mis en doute la durabilité du réseau social. Le dernier en date s’appelle Danny Kronstrom, expliquent nos confrères de la Dernière Heure. Ce Canadien, spécialisé dans les nouvelles technologies, part du postulat que l’histoire des réseaux sociaux est faite de cycles de six ans : “Au moment où les gens s’intéressent à un réseau jusqu’à son pic, cela prend environ 6 ans. L’espérance de vie d’un réseau social est d’environ 10 ans entre le début du lancement du projet et de sa commercialisation, jusqu’à son épuisement presque total.”

Reprenons le fil : au début, il y a eu IRC, une sorte de chat généraliste (comparable à Caramail). Après cinq ans, la plateforme est supplantée par MSN qui est plus individualiste. Six ans plus tard, apparition de Facebook et Twitter, réseaux sociaux généralistes. C’est là que démarre la théorie de Danny Kronstrom. Pour lui, si l’on suit l’évolution logique, d’ici un an apparaîtront des micro-réseaux thématiques (à l’image de Steepster, réseau spécialisé pour le thé).

Ils seront suivis par des micro-réseaux sociaux personnels : “Les micro-réseaux présenteront des gens qui connaissent mieux un sujet que d’autres. Nous aurons une personnalité qui aura son propre réseau directement sur son site web. Celui-ci parlera et informera son public tout en interagissant avec eux. Un blog réinventé à la sauce futuriste !”

Cela constituera, en quelque sorte, la nouvelle ère du blog. Après quelques années d’individualisme, les gens auront besoin de se regrouper, à nouveau, dans un réseau plus généraliste aux alentours de 2024. Ce réseau, jouissant des technologies futures, évoluant dans le web 3.0, voire même du 4.0 pourrait alors être un nouveau Facebook puissance 10, selon Danny Kronstrom !

Le Canadien précise cependant que ce n’est qu’une théorie et que seul l’avenir dira ce qu’il adviendra de Facebook : “Je ne suis pas voyante. Toutefois, je me base sur des faits réels, qui démontrent l’évolution des réseaux que l’on connaît.”