Digital

Le géant américain du numérique Facebook a annoncé mercredi qu'il allait embaucher 500 personnes supplémentaires à Londres, renforçant sa présence dans ce hub technologique dont le succès n'est pas contrarié par le Brexit à venir. Parmi ces nouveaux employés, le réseau social va notamment recruter une centaine d'ingénieurs qui seront chargés des systèmes d'intelligence artificielle. De nombreuses autres nouvelles recrues seront chargées de la sûreté des comptes d'utilisateurs, afin de renforcer la lutte contre les spam, les contenus inappropriés et les comptes mensongers sur le réseau social.

"La sûreté est notre priorité numéro un chez Facebook et depuis deux ans nous avons nettement augmenté nos investissements dans ce domaine", a expliqué le vice-président de Facebook pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, Nicola Mendelsohn.

Au total, ces embauches porteront à 3.000 son nombre total d'employés dans la capitale britannique où Facebook veut notamment renforcer sa présence dans le quartier de la gare historique de King's Cross.

M. Mendelsohn a annoncé ces créations d'emplois dans le cadre de la "London Tech Week", une semaine de rencontres pour les professionnels du secteur organisée dans plusieurs quartiers de la mégapole.

C'est une bonne nouvelle de plus pour ce secteur à Londres, qui a accumulé les annonces d'investissements ces dernières années sans que le référendum pour le Brexit y change quoi que ce soit.

Le vote en faveur du Brexit du 23 juin 2016 a fait craindre aux professionnels un tarissement des arrivées de jeunes talents étrangers dans le secteur technologique, notamment en provenance du reste de l'Europe.

Jusqu'à présent les incertitudes autour de la sortie de l'UE du Royaume-Uni n'ont pas semblé toutefois entraver la montée en puissance de la place londonienne dans ce domaine - même si quelques entreprises comme les japonaises Panasonic et Sony ont décidé de transférer leur siège européen depuis Londres vers le continent, mais sans conséquence marquante sur l'emploi.

Apple prévoit ainsi de rassembler 1.400 de ses employés sur un nouveau "campus" actuellement en construction sur le site d'une ancienne centrale électrique dans le quartier de Battersea (sud-ouest de Londres).

Google prépare l'arrivée de 4.500 de ses employés dans un long bâtiment flambant neuf construit près des voies ferrées partant de la gare de King's Cross.

Amazon, Microsoft, Spotify et LinkedIn sont aussi en train de renforcer leur présence dans la capitale britannique.