Nous passons de plus en plus de temps sur nos smartphones à dialoguer avec nos proches et nos amis. On pianote sur un clavier pour leur envoyer des messages. Bien souvent, nous utilisons le clavier par défaut de notre téléphone intelligent. Pourtant de nombreux claviers, gratuits ou payants, sont commercialisés dans les magasins virtuels. Certains proposent une disposition assez classique des touches, d’autres sont plus originales, c’est le cas du clavier de la société suisse Typewise. Il a été conçu pour écrire avec les deux pouces. Pour cela, il offre une surface plus importante pour chaque touche vu le placement hexagonal ; cela diminue donc le risque d’erreur, mais cette disposition est vraiment perturbante. Un temps d’adaptation est nécessaire pour trouver les bonnes lettres et limiter les erreurs de frappe. Pour vous aider, un tutoriel existe. De plus, pour s’entraîner, il dispose d’un petit jeu (malheureusement uniquement en anglais).

Comme on peut le voir sur la capture d’écran, la configuration des lettres est déroutante. La première ligne commence par la lettre Z plutôt que le A du clavier azerty utilisé par les francophones. D’autres lettres occupent une place différente de celle sur le clavier classique. La barre d’espace est remplacée par deux touches situées au milieu du clavier, il en est de même pour les caractères spéciaux. Évidemment, il faut un certain temps au début pour trouver les lettres et on tâtonne, mais on s’habitue très vite.

Deux bonnes idées

La première bonne idée est la méthode pour capitaliser les lettres. Dans ce clavier, nul besoin d’enfoncer la touche majuscule pour écrire une lettre en capitale ; il suffit de glisser son doigt vers le haut pour qu’elle soit écrite en majuscule. Cela s’avère simple, pratique et rapide.

La seconde bonne idée est d’avoir supprimé la touche de retour arrière avec laquelle on fait les corrections. Pour effacer, il suffit de glisser le doigt vers la gauche. En fonction de la longueur du mouvement, un certain nombre de lettres seront supprimées. Si vous glissez votre doigt vers la droite, le texte supprimé s’affiche à nouveau. C’est comparable aux opérations d’annulation ou de rétablissement présentes dans les logiciels de traitement de texte (les touches crtl + z et ctrl + y).

De même que sur les autres claviers, l’appui long sur une lettre affiche les diverses orthographes disponibles comme pour le o avec ö, ô, oe. Si des lettres sont manquantes, vous pouvez les ajouter via les paramètres de l’application. Ceux-ci sont accessibles en cliquant sur l’icône bleue "tw" affectée d’un drapeau. Dès lors, vous avez accès à une série de choix rapides comme les langues d’écriture, le passage à un clavier traditionnel, au tutoriel et aux réglages avancés.

On y retrouve d’autres options comme la capitalisation automatique en début de phrase, la correction en cours de frappe, l’affichage de la barre de préconisation de mot, l’enregistrement de texte de remplacement, le choix de la taille de police, des options concernant le style du clavier et la gestion des gestes.

Si vous basculez votre mobile en horizontal, le clavier se scinde en trois : les caractères normaux sur la droite et la gauche, les chiffres et les caractères spéciaux au milieu. Une disposition qui permet toujours d’écrire avec les deux pouces. Petit bémol. Il faut un certain temps pour que la suggestion de mot colle au contenu de votre message.

À noter que l’application est 100 % privée. Aucune donnée n’est envoyée à l’entreprise et ne nécessite aucune autorisation.

L’application Typewise est gratuite. Une version pro, payante (1,99 € par mois; 9,99 € par an; 24,99 € par an), est disponible, qui offre plus de réglages personnalisés comme un mode destiné aux tablettes, la possibilité de taper en plusieurs langues dans un même texte sans devoir en changer ou modifier la taille de la police de caractères. Une nouvelle version de l’application sera disponible bientôt.