L'Iran a interdit le "minage" des monnaies numériques telles que les bitcoins dans les prochains mois en raison de la trop forte consommation d'énergie que demande ce processus. Le pays veut ainsi éviter les pénuries d'électricité pendant l'été. L'interdiction entre en vigueur immédiatement et vaut jusqu'au 22 septembre, a précisé le président iranien Hassan Rohani. Il a ajouté qu'environ 85 % du minage des cryptomonnaies dans le pays se faisait sans autorisation. Pour détecter ces activités illégales dans les maisons et mosquées, le gouvernement iranien utilise même des espions.

Selon les experts, l'Iran représente environ 4,5 % du minage des bitcoins dans le monde. Or, le pays fait face à des problèmes avec ses centrales hydroélectriques, en raison de la sécheresse, ce qui provoque de fréquentes pannes d'électricité dans les grandes villes. Pendant l'été, l'utilisation de l'air conditionné notamment pousse la consommation d'électricité au-dessus de la normale.

Le bitcoin fonctionne sur base de la technologie de la blockchain, une sorte de journal de bord collectif dans lequel tous les participants suivent ensemble toutes les transactions. Ce registre est mis à jour toutes les 10 minutes avec une nouvelle "page" comprenant les dernières modifications. Pour gérer tout ajout de manière sécurisée, une formule mathématique complexe doit être résolue. Des systèmes informatiques spéciaux s'y attèlent toute la journée dans le monde. C'est ce qu'on appelle le minage. Résoudre la formule permet de créer des bitcoins.